Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alexandre Tchoudakov, Anton

Paris, Christian Bourgeois, 2003, 620 p., traduit du russe par Macha Zonina et Catherine Guetta
Isabelle Ohayon
p. 328-330
Référence(s) :

Alexandre Tchoudakov, Anton. traduit du russe par Macha Zonina et Catherine Guetta. Paris : Christian Bourgeois, 2003, 620 p.

Texte intégral

  • 1 La brume s’allonge sur les vieux escaliers.

1Il n’est pas d’usage de faire la recension d’une œuvre littéraire dans une revue scientifique. Pourtant, tel Terres défrichées de Mikhaïl Cholokhov (1932) qui porte sur l’année 1930 dans la collectivisation d’un village du Don, il est certains romans qui ont valeur de document historique, a fortiori quand ils paraissent avant toute étude d’histoire sociale sur le sujet dont ils traitent. Anton, d’Alexandre Tchoudakov, publié dans sa version originale en 2001 (Ložitsâ mgla na starye stupeni1), fait partie de ces témoignages remarquables dont la force d’évocation dépasse ses strictes qualités stylistiques. L’auteur y relate son enfance dans un petit village du Nord du Kazakhstan, Čebačinsk, situé à proximité du site touristique de Borovoe, célèbre pour la beauté de ses lacs. Cette rétrospection autobiographique met en scène un milieu bien particulier de la société soviétique d’Asie centrale, celui des villages fondés par des émigrants fuyant les répressions du stalinisme, par la population des déplacés spéciaux, des assignés à résidence et autres catégories de déportés. Par touches impressionnistes, en faisant des allers-retours entre les années 1930 et les années 1960, A. Tchoudakov montre comment s’est construite une société rurale composée de toute une série d’ennemis du régime soviétique, dans une région qui était pensée et vécue par les nouveaux arrivants comme une terre d’exil, mauvaise et infertile.

2Articulé autour de la figure centrale du grand-père du narrateur, le roman dépeint l’hostilité d’une génération et d’une certaine classe sociale envers le pouvoir soviétique, montrant ainsi la forme que pouvait revêtir la résistance passive au régime et les modalités de transmission de cette posture. Le grand-père, né à Vilno dans une famille de popes, se destinait à la fonction de diacre quand la Révolution éclata. Au sortir du séminaire qu’il suit malgré tout, il fuit au milieu des années 1930 avec son épouse et leurs enfants dans le Nord du Kazakhstan pour échapper à la répression qui a déjà emporté ses frères. Dans des conditions matérielles misérables, ils s’installent dans un village proche de Šučinsk et de Borovoe et sont contraints de s’adapter à une vie rude où le travail vivrier de la terre prime sur leurs métiers intellectuels d’instituteurs ou de cadres techniques, au moins jusqu’à la fin des années 1940.

3Dans ces circonstances, cette famille fait montre d’une ingéniosité admirable pour palier les pénuries en tout genre et préserver une certaine indépendance d’esprit : à travers les souvenirs dispersés du petit-fils Anton, on perçoit les mécanismes de construction d’une double culture, à la fois dissidente et « soviétiquement correcte ». Les grands-parents, dans ce village isolé des steppes du Nord du Kazakhstan, tentent de perpétuer les us de la bonne société russe d’avant la Révolution tant dans ses traits les plus forts (langage, foi) que dans ses gestes quotidiens apparemment les plus anodins (manières de table). Ils regroupent autour d’eux tous ceux qui partagent certaines de ces valeurs tandis que la génération de leurs enfants inculquent aux plus jeunes la pratique d’un double discours, l’un destiné à la sphère privée, l’autre à l’école, assurant ainsi l’intégration parfaite des enfants.

4Loin d’être décrit comme une stratégie totalement maîtrisée, telle qu’elle est présentée cette posture semble être le résultat d’une adaptation amère aux nouvelles règles de la société soviétique. Cependant, elle révèle qu’à l’intérieur du système soviétique, en dépit des répressions de classe, une extraordinaire continuité sociale était possible. Elle se manifeste pleinement dans la trajectoire du personnage du petit-fils Anton qui, brillant étudiant à Moscou dans les années 1960, prolonge l’héritage familial. Devenu historien du XIXe siècle, il cherche à rétablir une réalité que la censure lui interdit d’évoquer dans ses publications, tandis qu’il se livre à des études et des réflexions théologiques. Ce roman pose in fine la question de la filiation sociale des intellectuels soviétiques et des modalités de la reproduction sociale des élites du début du XXe siècle dans ce système politique. Rapporté aux études d’histoire sociale et de sociologie des élites soviétiques, qu’elles soient russes ou centre-asiatiques, il peut constituer une source très intéressante pour comprendre les mécanismes de la continuité.

Haut de page

Notes

1 La brume s’allonge sur les vieux escaliers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Ohayon, « Alexandre Tchoudakov, Anton », Cahiers d’Asie centrale, 13/14 | 2004, 328-330.

Référence électronique

Isabelle Ohayon, « Alexandre Tchoudakov, Anton », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 13/14 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2009, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/191

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org