Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bayram Balci, Missionnaires de l’Islam en Asie centrale : les écoles turques de Fethullah Gülen

Paris, Maisonneuve & Larose, coll. IFEA, 2003, 301 pages
Marlène Laruelle
p. 327-328
Référence(s) :

Bayram Balci, Missionnaires de l’Islam en Asie centrale : les écoles turques de Fethullah Gülen. Paris : Maisonneuve & Larose, coll. IFÉA, 2003, 301 p.

Texte intégral

1Le livre de Bayram Balci, tiré de son doctorat, est consacré à un phénomène important et remarqué de la jeune histoire de l’Asie centrale post-soviétique née en 1991, celui de la présence scolaire turque dans les républiques de la zone.

2Les trois premiers chapitres présentent en une synthèse pertinente la réalité de l’influence turque en Asie centrale et l’histoire du mouvement de F. Gülen dans sa patrie anatolienne. L’auteur remarque avec justesse les profondes incompréhensions qui ont secoué les relations turco-centrasiatiques dans les années 1990 : la Turquie a cru trouver des “frères” culturels pour qui elle pourrait constituer un modèle, tandis que les nouveaux États d’Asie centrale étaient au contraire avides d’autonomie, d’affirmation d’une spécificité nationale, et en rien enclins à passer du “grand frère” russe à son équivalent turc. Les relations se sont aujourd’hui stabilisées et ont pris un caractère plus pragmatique, avant tout économique et scolaire, avec d’importants – relativement – envois d’étudiants centrasiatiques en Turquie. L’auteur rappelle ensuite la particularité religieuse et sociologique du mouvement nourdjou, de son fondateur Said Nursi à son disciple actuel Fehtullah Gülen. Celui-ci cherche à conjuguer islam et modernité, à développer une connaissance “juste” du Coran fondé sur un système scolaire exigeant qui se veut en harmonie avec le principe républicain laïque, le progrès technique et les perspectives européennes de la Turquie. Comme le note Bayram Balci, le courant de Gülen est souvent présenté, mais de manière discutable, comme une confrérie et est appréhendé par d’autres comme un mode discret de diffusion de doctrines islamistes.

3Les chapitres 4 et 5 retracent l’histoire de l’installation des lycées nourdjous en Asie centrale dans les années 1990 et les réseaux qu’ils tissent afin de réussir à pénétrer le tissu social de chaque république. Bayram Balci analyse en détail la répartition des lycées dans chaque république (ils sont particulièrement présents au Kazakhstan), les spécificités législatives qui favorisent ou non leur création (leur situation s’est par exemple fortement dégradée en Ouzbékistan), le nombre d’étudiants qu’ils intègrent, les modes de recrutement des enseignants, le soutien financier des entrepreneurs turcs qui assure la gratuité des cursus, etc. L’auteur s’intéresse tout particulièrement aux réseaux et relais qui permettent de garantir, auprès des autorités locales, le succès de ces lycées et celui de leurs élèves. La qualité des cours et l’enseignement prestigieux de langues étrangères sont en effet censés leur assurer une place sociale élevée et une entrée facilitée dans les grands corps de l’État.

4L’avant-dernier chapitre s’intéresse au message véhiculé, en Asie centrale, par les disciplines de Gülen, un travail ardu au vu des tentatives de cette association missionnaire, que l’auteur compare très justement aux jésuites, de maintenir dans l’ombre un certain nombre de ses buts. L’un des fondements de leur action reste l’idée, également très présente dans les milieux panturquistes, d’une solidarité spécifique entre peuples turciques. Ce sentiment est repris par Gülen sous la forme d’une “dette morale” des Turcs envers une Asie centrale dont le passé est fortement idéalisé. Les activités des nourdjous sont donc tout autant religieuses que sociales (donner l’exemple d’une vie en harmonie avec la foi) et identitaires : favoriser le sentiment de turcité de ces anciens Soviétiques. Le dernier chapitre s’interroge sur les relations complexes tissées entre les réseaux nourdjous et l’action de l’État turc dans les cinq républiques, des relations ambiguës faites de concurrence comme de coopération, voire d’instrumentalisation des premiers par le second. Ces rapports complexes n’ont pas seulement sens au regard de l’action de chacun des deux acteurs en Asie centrale mais participent plus largement du débat qui secoue la société turque quant à son rapport à la religion et à la laïcité.

5Le livre de Bayram Balci constitue une contribution importante à une meilleure connaissance des sociétés contemporaines d’Asie centrale, souvent très peu connues du public francophone. L’ouvrage met en lumière sous un angle original et peu travaillé jusqu’ici des phénomènes, comme celui de l’instruction religieuse, dont l’influence sur le long terme pourrait être déterminante. Il permet de sortir du discours simpliste sur une Asie centrale qui, soit serait entièrement dominée sur le plan culturel par la Turquie, soit n’aurait aucune autre réalité que celle d’être soumise à des réseaux islamistes extérieurs. Il cherche au contraire à dessiner une carte plus juste, et donc plus nuancée, des ces faits incontournables et ouvre ainsi des pistes de réflexion pour mieux saisir le devenir de cette zone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Laruelle, « Bayram Balci, Missionnaires de l’Islam en Asie centrale : les écoles turques de Fethullah Gülen », Cahiers d’Asie centrale, 13/14 | 2004, 327-328.

Référence électronique

Marlène Laruelle, « Bayram Balci, Missionnaires de l’Islam en Asie centrale : les écoles turques de Fethullah Gülen », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 13/14 | 2004, mis en ligne le 23 avril 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/189

Haut de page

Auteur

Marlène Laruelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org