Navigation – Plan du site

Dans les références bibliographiques des divers auteurs de cet ouvrage collectif, les translittérations de l’arabe, du persan, du russe et des langues centre-asiatiques en partie transcrites au moyen de l’alphabet cyrillique (ouzbek, kazakh, kirghiz, tadjik) sont bien évidemment respectées. Par conséquent, par souci de cohérence, dans le texte manuscrit, la transcription des noms propres et des termes techniques étrangers est très simplifiée, comme par exemple les voyelles longues et les consonnes emphatiques de l’arabe qui ne sont pas distinguées. De même, ces termes arabes apparaissent sous une forme invariable, y compris lorsqu’ils sont employés au pluriel du français (des hadith, les ‘ulama, etc.). Toutefois, les mots les plus courants du vocabulaire islamique (califat, imam, mollah, Coran, soufi, etc.) et les noms géographiques liés au monde musulman (Afghanistan, Khorezm, Boukhara, La Mecque, etc.) conservent leur forme francisée. Enfin, toujours par souci de cohérence et pour rendre compte du caractère islamique général de cet ouvrage, les termes tirés des langues turciques et iraniennes de l’Asie centrale postsoviétique ont une forme arabisée simplifiée (madrasa au lieu de medrese). Il en est de même pour les noms propres tirés de ces langues turciques et iraniennes qui sont transcrits sans que certaines lettres arabes ne soient distinguées (Abdullah-Qari plutôt que Abdulloqori, etc.). Tout lecteur connaissant suffisamment bien les langues de cet ouvrage saura s’y retrouver.

Tableau de translittération de l’alphabet cyrillique

Image1

Tableau de translittération de l’alphabet arabe

Image2

Voyelles

Image3

  • Les cahiers de Revues.org