Navigation – Plan du site
Partie I : La construction du Turkestan russe

Des chevaux pour l’empire

Carole Ferret
p. 211-253

Résumés

L’article examine un aspect méconnu de la colonisation russe en Asie centrale, aspect qui peut paraître mineur, mais pourtant révélateur des rapports entre métropole et colonie. Il s’agit de l’utilisation éventuelle de chevaux centrasiatiques dans l’armée impériale. Au cours du XIXe siècle, la presse russe spécialisée (journaux militaires et journaux d’élevage équin) se fait abondamment l’écho d’un débat sur cette question, fondé sur l’espoir d’exploiter utilement les territoires conquis. Ainsi se forge une image du cheval des steppes et du cheval du désert. Ces jugements de valeur portent avant tout sur la qualité des montures, les possibilités d’« amélioration » des races, mais aussi sur les particularités de l’équitation locale. Outre ces représentations, des emprunts ont effectivement lieu, dans le domaine des méthodes d’élevage et des techniques équestres. Leur réciprocité fournit un bel exemple de la complexité des liens entre colons et colonisés.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

cheval, colonisation russe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Au XIXe siècle, les Russes appelaient les Kazakhs actuels « Kirghizes-Kaïssaks », ou bien simplemen (...)

1En Asie centrale, les colonisateurs russes se prirent d’intérêt pour les chevaux locaux, dans l’espoir d’utiliser ces animaux au sein de la cavalerie impériale. Les steppes pouvaient devenir un immense réservoir pour la remonte de l’armée russe, conférant à la colonisation une substantielle utilité. Dans le dernier tiers du XIXe siècle, les journaux spécialisés se font abondamment l’écho d’un débat sur l’éventualité et l’opportunité des services que pourraient apporter les chevaux centrasiatiques. Des échanges de courriers entre l’administration coloniale, les autorités militaires et la direction des Haras, conservés dans les archives de Tachkent, ainsi que d’innombrables articles, parus dans les journaux d’élevage équin (Zhurnal Konnozavodstva [Le journal des haras], Konnozavodstvo i konevodstvo [Les haras et l’élevage équin]), mais aussi la presse militaire (Voennyj sbornik [Recueil militaire]) et des publications généralistes font état des qualités et des défauts du cheval « kirghize »1 au regard de cette éventuelle finalité.

Création de haras

  • 2 Vitt, 1952a.
  • 3 Sh., 1877, p. 68 ; Kozhevnikov et Gurevich, 1990, pp. 56-57.
  • 4 Rapport à l’Empereur du directeur des Haras, le prince N. Shcherbatov, daté du 14.12.1913 et Journa (...)

2En Russie, les haras se développèrent à partir du XVIIIe siècle, privés, publics et militaires et avaient pour principal objectif de fournir des chevaux à l’armée. Le plus célèbre d’entre eux était le haras de Khrenovoe, berceau du trotteur Orlov, fondé par le comte A. G. Orlov-Chesmenskij, puis vendu à l’État en 18452. L’élevage privé souffrit de l’abolition du servage en 1861 qui entraîna, faute de main d’œuvre gratuite, la fermeture de plusieurs haras3. En 1913, l’Empire russe comptait 42 haras d’État, dont certains couvraient plusieurs gouvernorats [gubernija]. Sur un cheptel total de près de 35 millions de têtes, dont 16 millions de poulinières, l’État ne possédait que 4 946 étalons dans ses haras4.

  • 5 Manser, 1887, pp. 247-249 ; Dobrosmyslov, 1895, pp. 158, 163.
  • 6 Trakt : grand-route, voie postale.
  • 7 Maslov, 1908, pp. 17-18 ; Kolosovskij, 1910, p. 97.
  • 8 [Anonyme], 1887, pp. 67-68.

3Après la conquête de l’Asie centrale, ses premiers haras furent également le fait d’initiatives privées, venant de particuliers qui avaient pris conscience de la richesse de la région en ce domaine ou de gros propriétaires indigènes. Ainsi furent créés : en 1877, le haras du prince Dolgorukov, non loin d’Orenbourg5 ; en 1878, le haras Ivanov à Aulie-Ata (futur Dzhambul), qui compta jusqu’à 2 000 têtes, mêlait dans les mêmes troupeaux des poulinières kazakhes et karabaïres avec des étalons d’origines diverses (trotteurs, turkmènes, karabaïrs et bachkirs), mais échoua à développer des stations de monte le long du trakt6 postal Tachkent-Orenbourg malgré l’aide du gouvernement7 ; en 1880 à Tachkent, le haras de S. Azimbaev, qui prolongea l’œuvre de son père, Seid Azimbaj Mukhamedbaev, un passionné de chevaux qui possédait, disait-on, les meilleures bêtes du Turkestan8, mais dont le haras fut ensuite décimé par la morve ; en 1888, le haras Annenkop-Khorvat’, spécialisé dans les demi-sang de selle, créé à partir d’un étalon pur-sang anglais acheté à l’hippodrome de Longchamp par le lieutenant général Annenkov ; en 1889, le haras Maslov à Aulie-Ata, qui élevait des chevaux de trait et des chevaux pour la remonte de l’artillerie du district militaire du Turkestan ; en 1892, le haras Kuplennikov à Novyj Margelan (futur Skobelev puis Ferghana) ; en 1902, le haras Magazing près de Samarcande, qui possédait un descendant du célèbre Gladiateur, premier vainqueur français du derby d’Epsom en 1865 ; en 1907, le haras Pjanovskij à Przhevalsk. Beaucoup d’entre eux ne connurent qu’une brève existence et disparurent, faute de moyens et d’organisation.

  • 9 Manser, 1887, p. 257 ; Toktabaev, 1992, p. 5.
  • 10 B., 1890, p. 555 ; Dobrosmyslov, 1895, p. 163 ; Barmincev, 1958, p. 169.

4L’État engagea également quelques entreprises, qui ne prirent véritablement corps qu’à l’aube du XXe siècle au Turkestan. Dans les steppes kazakhes, colonisées les premières, la création de trois haras d’État fut décidée en 1884 par un décret du directeur des haras, I. I. Voroncov-Dashkov (1837-1916)9. Le haras de Turgaj vit le jour en 1886 près d’Orsk, le haras de Kustanaj en 1888 et l’écurie d’Orenbourg en 1890, sur la base du haras Dolgokurov10. Après avoir visité ces institutions, le comte Voroncov-Dashkov déclara :

  • 11 Voroncov-Dashkov, 1890, p. 570.

« La création, dans les steppes orientales de la Russie, des écuries d’Orenbourg, de Turgaj et de Kustanaj avait pour principal objectif d’améliorer l’élevage indigène du cheval en croisant des juments avec des étalons convenables. En exploitant les qualités des juments kirghizes, leur capacité d’amélioration et la passion qu’éprouvent naturellement les Kirghizes pour les chevaux, nous pouvons espérer créer rapidement un riche contingent pour la remonte de notre cavalerie »11.

  • 12 Barmincev, 1958, p. 118.

5S’y ajoutèrent, en 1897, trois autres haras dans les régions d’Akmolinsk, de Semipalatinsk et du Semirechie12.

  • 13 Krivcov, 1873, pp. 241-242. Citation aimablement fournie par S. Gorshenina.

6Au début des années 1870, le général K. P. Kaufman (1818-1882), premier général-gouverneur du Turkestan, avait fait construire à grands frais le haras de Konstantinov à Kaplambek, près de Tachkent, accouplant des étalons turkmènes à des poulinières karabaïres. Un grand avenir lui était promis dans l’amélioration de l’élevage russe, puisque c’est là, croyait-on, qu’on irait désormais chercher les bons chevaux pur-sang, et non plus en Angleterre13. Mais cette institution disparut à la mort de son fondateur et ce premier échec découragea durablement d’autres initiatives. En 1898, son futur successeur, le général A. N. Kuropatkin (1848-1925), alors commandant des troupes de Transcaspie, fonda une station de monte à Achkhabad afin de sauvegarder les chevaux akhal-tékés, sévèrement menacés par les croisements et l’exportation. Les saillies, d’abord gratuites, en main, avaient lieu à Merv, Keshi (près d’Achkhabad) et Fort Aleksandrovskij (futur Shevshchenko) ; les meilleures juments turkmènes étaient couvertes par un étalon téké, les autres, par un iomoute, un arabe, un anglais ou un karabaïr.

  • 14 Renseignements sur l’histoire des haras au Turkestan, par le directeur du haras de Tachkent, K. Cha (...)
  • 15 Belinskij, 1886a, p. 273 ; Belinskij, 1886b, pp. 14-15.
  • 16 Requête de V. A. Pjanovskij auprès du commissaire militaire des Haras du Turkestan, Ja. I. Udris : (...)

7Puis des écuries d’État et des stations de monte furent successivement créées à Verny (futur Almaty), Tachkent et Przhevalsk (ex et futur Karakol)14. La station de monte de Verny fut fondée par le général G. A. Kolpakovskij (1819-1896), gouverneur militaire puis général-gouverneur des steppes à partir de 188215. L’écurie de Przhevalsk, formée sur la base du haras Pjanovskij, comptait dix étalons. Son fondateur, V. A. Pjanovskij, passionné de chevaux, partit ensuite diriger l’écurie du Syr Darya, fondée à Aulie-Ata en 1912, qui comptait 100 étalons, puis revint à la pépinière de Przhevalsk après la Révolution, en 191816.

  • 17 Dobrosmyslov, 1895, p. 167.

8Les autorités russes éprouvaient quelques difficultés à convaincre les populations locales de faire saillir leurs juments par les étalons approuvés des haras. Et cette appréhension subsistait même lorsque ce service n’était pas rétribué. Les éleveurs les plus riches craignaient qu’en « améliorant » ainsi leurs troupeaux, ils ne rendent leurs animaux plus exigeants, moins résistants aux intempéries et ne finissent par les perdre tout à fait. Certains n’acceptaient d’accueillir ces étalons chez eux que dans l’unique but de plaire aux autorités17.

  • 18 Dzhantjurin, 1883, pp. 52-53 ; Maslov, 1908, p. 14.
  • 19 Barmincev, 1958, p. 170.

9La méfiance était réciproque. De l’autre côté, les haras, redoutant de confier leurs étalons à la population locale, décidèrent d’abord que les saillies auraient lieu uniquement dans les points de monte, négligeant les avis de plusieurs spécialistes, qui prévoyaient bien qu’une telle politique était vouée à l’échec18. Ainsi, le directeur du haras de Turgaj dut demander au gouverneur militaire local d’ordonner à tous les chefs de canton de persuader les Kazakhs d’amener un certain nombre de poulinières en mai. Soucieux de répondre à ces injonctions, les chefs de canton firent conduire le bon nombre de juments, parfois sur des centaines de kilomètres, sans se soucier de savoir si elles étaient en âge ou en état de porter des poulains. Certaines d’entre elles étaient déjà pleines, beaucoup étaient de qualité médiocre, car les éleveurs préféraient, par précaution, garder leurs meilleures juments. De plus, ces juments n’étaient pas habituées à la saillie en main et, capturées au lasso, elles refusaient de se laisser couvrir, même quand elles étaient en chaleur19. Finalement, seules 5 % des juments couvertes par les étalons des haras donnèrent naissance à des poulains, alors que, laissées dans leurs troupeaux, plus de la moitié d’entre elles étaient pleines chaque année.

  • 20 Dobrosmyslov, 1895, p. 162.
  • 21 Cf. Voroncov-Dashkov (1890, p. 570) qui ne reconnaît pas cet échec et présente cette décision comme (...)
  • 22 Dobrosmyslov, 1895, p. 166. Les éleveurs turco-mongols ne coupent jamais les crins des étalons repr (...)
  • 23 Barmincev, 1958, p. 170.

10Les résultats étaient un peu moins déplorables quand la station de monte jouissait d’un emplacement central, qui n’obligeait pas à des déplacements aberrants, telle l’écurie de Kustanaj (où 276 étalons, majoritairement kalmouks ou du Don, saillirent 1 972 juments en 1894)20 ou quand les étalons étaient répartis dans les aul et servaient dans les troupeaux au lieu de rester à demeure dans les haras. Les autorités se résolurent à cette solution après l’échec des premières saisons de monte21. Dans ce cas, il arrivait pourtant que ces étalons fassent l’objet de mauvais traitements, qu’ils soient utilisés au travail et reviennent boiteux ou les crins coupés22. Même lorsqu’ils étaient utilisés à leur fonction première et se voyaient confier une douzaine de poulinières, ils supportaient souvent mal l’épreuve. N’étant pas habitués à garder un troupeau, ils se battaient, se blessaient ou maigrissaient et certains durent être ramenés en traîneau au haras, ne tenant plus sur leurs jambes. Parmi les étalons importés de Russie à la station de monte de Verny, trois moururent dans l’année23.

  • 24 Dobrosmyslov, 1895, p. 164.
  • 25 Barmincev, 1958, p. 170.

11Les maigres résultats obtenus (environ 3 000 poulains « améliorés » en 1895, huit ans après le début de la campagne) ne justifiaient pas les dépenses encourues, tant du côté russe (plus de 120 000 roubles/an) que kazakh (car les éleveurs devaient céder des terres aux haras). Pour couronner le tout, l’hiver 1891-1892, particulièrement rigoureux, décima le cheptel24, également affaibli par des épidémies de morve25.

12Les Russes imputèrent une bonne part de leur échec au caractère national kazakh, au

  • 26 Dobrosmyslov, 1895, p. 166.

« bas niveau de développement du peuple kirghize, associé à tous les défauts des asiatiques […] leur absence de franchise, leur servilité. Le Kirghize est incapable d’exprimer un refus franc et direct. Sa résistance est passive, hypocrite et silencieuse. Il est presque toujours d’accord avec tout et ne refuse jamais rien […] À tout ce que vous pourrez lui dire, sa réponse sera toujours la même : zhaqsy ‘bien !’ prononcé d’un ton exprimant la volonté d’exaucer immédiatement le moindre de vos souhaits. Mais il y a loin de l’acquiescement à l’exécution »26.

13Un dicton russe résume de façon lapidaire la duplicité toute asiatique attribuée aux Kazakhs :

  • 27 Benkevich, 1905, n° 19-20, p. 877.

« Tu ne trouveras pas plus de vérité chez un Kirghize que de pattes à un serpent »27.

  • 28 La horde de Bökej (Bukej en russe), appelée horde intérieure à partir de 1845, a été formée après q (...)
  • 29 Babadzhanov, 1871, pp. 25-26.

14Pour d’autres auteurs en revanche, la servilité de ce peuple est une qualité qu’il convient d’exploiter à bon escient, comme le fit le khan Dzhanger dans la horde intérieure28. Il sut ainsi promouvoir aussi bien l’amélioration des chevaux, par la distribution de bons reproducteurs, que l’instruction des enfants, par l’exemple de ses propres fils29.

La remonte de l’armée impériale

  • 30 Sh., 1877, p. 65.
  • 31 Rapport à l’Empereur du directeur des Haras, par le prince N. Shcherbatov, daté du 14.12.1913 : CGA (...)
  • 32 Renseignements sur l’histoire des haras au Turkestan, par le directeur du haras de Tachkent, K. Cha (...)
  • 33 Belinskij, 1886a, p. 275.

15Leur entretien étant très coûteux, l’armée n’engage à son service, en temps de paix, qu’un nombre réduit de chevaux, mais, si un conflit surgit, elle doit être capable de mobiliser rapidement un grand nombre de montures30. Au début du XXe siècle, l’armée russe avait besoin de 23 00031 à 50 00032 chevaux de remonte par an. Et, en cas de guerre, des centaines de milliers de chevaux devaient pouvoir être mobilisés sur le champ. Or il est fréquent que les chevaux employés aux travaux agricoles ne conviennent pas au service de l’armée. Un recensement effectué en 1882 montra que, parmi les chevaux mobilisables, moins de 2 % auraient éventuellement pu servir dans la cavalerie33.

16Après avoir longtemps privilégié l’élégance des formes, qui favorisait des animaux proches des pur-sang anglais, les autorités militaires, dans les années 1860-1870, accordèrent plus d’importance à l’endurance, donnant désormais leur préférence aux chevaux des steppes du Don. Ceux-ci présentaient en outre l’avantage d’être moins onéreux que les demi-sang mâtinés d’anglais.

  • 34 Kozhevnikov et Gurevich, 1990, p. 57, citant A. F. Basov, Donskaja loshad’, Moscou, 1935, p. 14.
  • 35 Sh., 1877, pp. 68-69 ; Manser, 1887, pp. 256-257 ; Belinskij, 1886a, p. 274.

17Le premier haras privé des chevaux du Don avait été officiellement créé en 1770 par le chef cosaque M. I. Platov. En partie financé par les aides de l’État, l’élevage privé se développa rapidement sur le Don, son cheptel passant de 60 000 têtes dans les années 1880 à 83 000 en 1900, auxquels il fallait ajouter les chevaux que les Cosaques possédaient dans les stanica [villages cosaques] (79 000 en 1910). En 1867, les chevaux du Don constituaient un quart de la cavalerie impériale et, en 1910, ils représentaient 59 % des chevaux achetés pour la remonte, avec près de 60 000 têtes34. Mais le manque de terres se fit bientôt sentir, exacerbé par la concurrence entre éleveurs de chevaux, éleveurs de moutons et cultivateurs de céréales35.

  • 36 Barmincev, 1958, p. 118. Cette estimation du cheptel kazakh date de 1916 (Kazakhskaja SSR, 1988, vo (...)

18L’attention se tourna alors naturellement vers l’Est, dans ces steppes kazakhes où paissaient plus de quatre millions de chevaux36. Elle était renforcée par la volonté de tirer profit de ces terres nouvellement conquises :

  • 37 Velikoslavcev, 1871, pp. 16-17.

« La pratique quotidienne de l’équitation qu’ont les Kirghizes doit pouvoir être utile à l’État russe et à l’armée russe d’une manière ou d’une autre »37.

  • 38 Benkevich (1903, p. 19) estime qu’il faut multiplier par dix les chiffres fournis par les éleveurs (...)
  • 39 Dzhantjurin, 1883, pp. 13-14. Selon Kolosovskij (1910, p. 95) on compte 2 à 17 chevaux pour 100 hab (...)

19L’étude comparée du cheptel (grandement sous-estimé parce que les propriétaires avaient peur de l’impôt38) révélait que les Kazakhs et les Kirghizes possédaient 11 à 25 fois plus de chevaux par habitant que les Européens39.

  • 40 Maslov, 1908, p. 3 ; Botjakov, 1987 ; Botjakov, 1994 ; Meserve, 1990, pp. 130, 135-136.

20Dans l’histoire de l’Asie centrale, le cheval a toujours joué un rôle guerrier de premier plan. Il était unanimement reconnu comme l’attribut essentiel du guerrier nomade des empires des steppes. Dans les incessantes guerres interclaniques, c’était un instrument indispensable, au même titre que les armes. De la même manière, le succès des alaman dépendait étroitement de la condition des chevaux. Renommés pour leurs qualités guerrières développées lors de ces raids de pillage, les cavaliers turkmènes et leurs montures furent souvent employés comme mercenaires40.

  • 41 Velikoslavcev, 1871, pp. 18-19.

21Par la richesse de leur cheptel, les steppes centrasiatiques étaient à même de constituer, sous certaines conditions, une gigantesque réserve de montures prêtes au service et mobilisables rapidement. Avec la construction d’une voie ferrée, elles pouvaient être livrées à Moscou en une à deux semaines41.

  • 42 Dzhantjurin, 1883, pp. 25, 37-38 ; Toktabaev, 1992, p. 5.
  • 43 Belinskij, 1886a, p. 276 ; Belinskij, 1887, p. 81 ; Toktabaev, 1992, p. 5.

22Cet espoir fut encouragé par le bon comportement des chevaux kazakhs lors de la campagne de Khiva, en 1873, puis par celui du régiment cosaque de V. Dandevil’, lors de la guerre russo-turque de 1877-187842. Après avoir vu les cosaques de l’Oural montés sur des chevaux kazakhs, l’armée austro-hongroise décida d’acheter 3 000 de ces animaux à Orenbourg43.

  • 44 Dzhantjurin, 1883, pp. 41-42.
  • 45 Dobrosmyslov, 1895, p. 135, citant et approuvant I. V. Shumkov (1892). Voir aussi Kolosovskij, 1910 (...)

23Le cheval kazakh présente plusieurs avantages précieux pour la cavalerie : il est abondant et bon marché, peut durablement se contenter de paître, sa longévité est élevée, puisqu’il peut servir jusqu’à 15 ou 18 ans, il se dresse rapidement, il a un bon pas et un trot confortable, qui ne fatigue pas le cavalier44. « La pratique montre que le cheval kirghize a une vitesse satisfaisante et qu’il peut servir dans les régiments de cavalerie »45.

24Le général Kuropatkin, qui sera le dernier général-gouverneur du Turkestan, affiche ainsi son enthousiasme :

  • 46 Télégraphe de Kuropatkin, général-gouverneur du Turkestan, au directeur des Haras, P. A. Stakhovich(...)

« Le cheval kirghize sera, j’en suis convaincu, le joyau de la Russie et de son armée »46.

  • 47 Belinskij, 1887, p. 82.

« Tous les États d’Europe devraient nous envier l’élevage équin kirghize, car aucun ne dispose de telles conditions naturelles propres à faire naître un véritable cheval de combat, et dont notre patrie dispose en abondance dans ses steppes infinies »47.

  • 48 B., 1890, p. 554 ; Kozhevnikov et Gurevich, 1990, p. 57.
  • 49 Dzhantjurin, 1883, p. 1 ; Manser, 1887, p. 257 ; Barmincev, 1958, p. 118.
  • 50 Belinskij, 1886b, p. 1.

25À partir des années 1880, les autorités prirent des mesures afin de développer en Asie centrale une nouvelle zone d’élevage pour la remonte de l’armée48. Des spécialistes furent envoyés en mission afin d’y étudier l’état, la quantité et la qualité du cheptel. En 1884, M. Medvedskij partit ainsi dans les régions de Turgaj, Ouralsk, dans la horde intérieure kazakhe et chez les Kalmouks d’Astrakhan49 et S. Belinskij, dans le Semirechie50.

26Leur constat, parfois sévère, incitait à des mesures énergiques :

  • 51 L., 1890, p. 816. C’est moi qui souligne.

« Le gouvernement doit aider la population en construisant de nombreuses stations de monte, offrant des saillies gratuites. C’est seulement à cette condition que la population pourra, malgré elle, améliorer la race de ses karabaïrs, qui dégénère d’année en année, et de ses kirghizes, dont la taille diminue, et que, dans l’avenir, nous pourrions peut-être trouver ici un réservoir de chevaux d’armes pour nos régiments de cavalerie et de chevaux de trait pour nos bataillons d’artillerie »51.

  • 52 Rapport à l’Empereur du directeur des Haras, par le prince N. Shcherbatov, daté du 14.12.1913 : CGA (...)

27Pour stimuler la production de chevaux susceptibles de servir sous les armes et en améliorer la qualité, le prince N. B. Shcherbatov (1868-1943), directeur des Haras impériaux de 1912 à 1915 puis ministre de l’Intérieur, proposa, en 1913, d’augmenter le prix d’achat des chevaux par l’armée (le portant à 650 roubles), d’organiser l’achat des poulains en s’en procurant auprès des paysans, de créer des foires et des pépinières spéciales, à l’image des européennes, de mieux former les employés des haras et d’augmenter leurs salaires, d’organiser des courses financées par les paris52.

  • 53 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 8.
  • 54 Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2. (...)

28Ce recours aux chevaux centrasiatiques devint crucial lorsque les autorités envisagèrent la liquidation de l’élevage privé du Don53. Et le besoin en chevaux augmenta naturellement quand survint la première guerre mondiale, qui provoqua une crise dans l’élevage équin. En février 1916, le Turkestan avait fourni à l’armée impériale 54 000 chevaux, dont 42 000 avaient été réquisitionnés, les autres achetés. Ces animaux avaient ainsi pu faire preuve de leurs qualités pour le service militaire54.

Cheval des steppes et cheval des oasis

29Réputés de longue date, les chevaux d’Asie centrale se partagent en deux grands groupes, qui correspondent à des types équins et à des modes de nourrissage différents. C’est, d’une part, un animal petit, rustique et frugal, élevé en troupeaux et bon à tout faire, tel le cheval kazakh ou kirghize et, d’autre part, un animal plus grand, fin et racé, faisant l’objet de soins plus assidus et voué exclusivement à la selle, communément appelé argamak.

  • 55 Vitt, 1952b, pp. 168-169.

30Le maintien des chevaux en écurie et leur affouragement indiquent clairement le type d’élevage pratiqué : extensif en pacage ou intensif en stabulation. Ce critère permit de distinguer les deux types de chevaux présents dans les tombes scythes gelées de Pazyryk, en Sibérie méridionale. Leur examen révéla que les plus rustiques étaient élevés au vert, tandis que les plus prisés étaient gardés à l’écurie et nourris au grain55.

31Les descriptions du cheval kazakh abondent dans la littérature russe de la fin du XIXe siècle, composées d’admiration pour sa résistance et de mépris pour son aspect extérieur :

  • 56 Krasovskij, 1868, p. 300.

« Le cheval kirghize est petit : les plus grands font 1,46 m. L’encolure est courte, la tête basse, la robe souvent baie ou alezan. Il est de constitution solide, pas exigeant pour la nourriture, capable de supporter le froid comme une course prolongée, mais sa musculature est cependant peu développée, ce qui ne permet pas de l’employer pour le transport des charges lourdes, voilà ce qui le distingue du cheval russe »56.

  • 57 Alektorov, 1888, p. 67.

« Ces petits chevaux solides, poilus, aux oreilles petites et alertes, au farouche regard de braise, aux jambes d’acier, ne connaissent pas la fatigue quelle que soit la distance ; ce sont de vrais enfants de la steppe ! […] Ils ne sont pas exigeants sur la nourriture, supportent aisément et longtemps la faim et la soif, ne craignent ni la chaleur ardente du soleil estival ni le froid mordant et les intempéries hivernales ; ces chevaux ignorent tout de la tiédeur des écuries et de la facilité du fourrage préparé à l’avance ; ils naissent à la belle étoile, dans la steppe, s’endurcissent en subissant tout poulain leurs premiers mois difficiles, en endurant les souffrances de la gourme ; ils grandissent libres, se soumettent difficilement au dressage, lorsqu’ils tombent sous le lasso, mais, en même temps, ils servent fidèlement leur maître leur vie durant »57.

  • 58 Dzhantjurin, 1883, pp. 24-25.

32Le cheval kazakh a de bons membres, son modèle est large, compact, il est sec de constitution, ses allures sont légères et rapides, son tempérament énergique58.

  • 59 Dzhantjurin, 1883, p. 44. Pour l’extérieur du cheval kazakh de la région d’Akmolinsk, cf. Belinskij (...)

« La tête est bien proportionnée par rapport au corps, sèche, un peu large ; les yeux, petits, saillants, mobiles ; les oreilles, petites, bien droites. L’encolure est modérément longue, sèche et légère. Seuls les étalons ont parfois l’encolure épaisse, avec une longue crinière qui va quelquefois jusqu’à terre. Le garrot est bien sorti ; la poitrine, large ; le passage de sangle, profond ; les côtes, arrondies. Les membres sont courts, secs, avec des muscles bien développés ; les tendons, secs et solides ; les aplombs, réguliers ; les paturons courts et solides ; les sabots, petits mais solides, parfois plats. Le dos est court, droit, très solide ; le rein, court ; la croupe, haute, large, forte et bien développée. Les postérieurs sont droits, légèrement panards »59.

  • 60 Babadzhanov, 1871, p. 67.

33Les Kazakhs distinguent plusieurs types équins. Parmi eux, le plus apte à servir dans la cavalerie est le zhürdek, intermédiaire entre le berìk, un petit cheval lourd et peu rapide, et le zhüyrìk [coursier]. Le zhürdek est infatigable sur de longues distances : en une journée d’été, il peut parcourir 200 km sans nourriture, ou 800 km en cinq jours. Ses allures sont étendues, rapides et confortables60.

  • 61 Dans l’ensemble de la zone comme à l’intérieur de plusieurs régions, telles celle d’Akmolinsk, cf. (...)
  • 62 Maslov, 1908, pp. 1-2.

34Suivant une distinction géographique, le type méridional correspond mieux aux exigences de la cavalerie61. Le khan de Kokand et l’émir de Boukhara ayant pour habitude d’offrir des étalons de sang issus de leurs écuries, ces reproducteurs ont pu affiner et agrandir le modèle des troupeaux du Sud62.

  • 63 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 9.

« Le cheval kirghize du Turkestan se distingue nettement de celui des steppes du gouvernement d’Orenbourg. Sous l’influence du sang oriental instillé depuis les temps les plus reculés dans les troupeaux kirghizes par l’intermédiaire d’étalons tékés, turkmènes et karabaïrs, le type mongol a cédé la place aux lignes plus nobles des chevaux orientaux. Le cheval kirghize est petit (jusqu’à deux archines, rarement deux archines et un verchok [1,42-1,46 m]), très bien proportionné. Il se caractérise par un poitrail profond, de très bonnes extrémités, les sabots d’un cheval des montagnes, des paturons souples, même parfois un peu mous. La grande majorité des juments a une croupe peu inclinée, des mouvements légers, un bon port de queue, un profil agréable et une tête sans grossièreté. On ne rencontre que rarement des chevaux kirghizes de type mongol, dotés d’une constitution plus grossière, avec une croupe avalée et des mouvements un peu lourds »63.

  • 64 Maslov, 1908, p. 2.

35Aussi les officiers achetaient volontiers des chevaux kazakhs d’Aulie-Ata, particulièrement réputés64.

  • 65 Belinskij, 1886b, p. 7 ; Pleshcheev, 1904, p. 58. Les Sartes sont les sédentaires d’Asie centrale, (...)
  • 66 Begunova, 1992, p. 185. En 1914, on reviendra à des régiments de cavalerie aux robes uniformes (ibi (...)

36Dans l’Est kazakh, certains chevaux se distinguaient par leur robe tachetée et la rareté de leurs crins. Réputés pour leur force, ils étaient grandement appréciés des Sartes65, mais leur aspect bigarré aurait fait tache dans les régiments impériaux. Depuis 1857, l’assortiment des robes n’était plus strictement respecté sinon dans la cavalerie de la garde, composée traditionnellement de bais, avec quelques régiments uniformément bai brun ou alezan66, mais ce relâchement relatif n’impliquait pas que les robes exotiques soient bien acceptées.

  • 67 Babadzhanov, 1871, pp. 29-32, 67. Pour Kolosovskij (1910, p. 54) les qazanat sont précisément des k (...)
  • 68 Dzhut : mot russe d’origine turque (en kirghize zhut ; en kazakh zhut) qui désigne une disette, la (...)
  • 69 Dzhantjurin, 1883, p. 47 ; Manser, 1887, pp. 238-240 ; Belinskij, 1887, p. 74 ; Shumkov, 1892, pp. (...)

37Au milieu du XIXe siècle, les chevaux de la horde de Bökej ressemblaient beaucoup aux karabaïrs : rapides, beaux et résistants à la fois, ils étaient appelés qazanat par la population locale. Mais après la mort du khan Dzhanger, en 1845, leur qualité décrut67. Et les troupeaux dont héritèrent ses descendants furent décimés lors de l’hiver 1879-1880, marqué par un dzhut68 qui éprouva durement tout l’élevage centrasiatique69.

  • 70 Sh., 1877, p. 76 ; Belinskij, 1886b, p. 8 ; Belinskij, 1887, p. 272 ; Dobrosmyslov, 1895, pp. 135-1 (...)

38Hormis ces exceptions, le gros des troupeaux kazakhs ne trouve pas grâce aux yeux des colonisateurs, qui le jugent trop fruste et de taille trop modeste pour songer à l’engager dans leur cavalerie. Les éleveurs kazakhs choisissent habituellement leurs étalons de sorte qu’ils soient de bons gardiens de troupeaux, qu’ils soient prolifiques, qu’ils sachent protéger leurs juments et leurs poulains des intempéries et des prédateurs, tous critères qui ne correspondent pas à ceux de la sélection occidentale, basée sur les beautés de l’extérieur ou les qualités sportives70. Nombre d’auteurs interprètent cette différence comme un primat accordé à la quantité sur la qualité et en déduisent la nécessité d’améliorer ce cheval avant de l’employer.

  • 71 Pol’ferov, 1893, p. 838.
  • 72 Frideriks, 1861, p. 1594 ; Vogak, 1873, p. 99 ; Garder, 1875, p. 212 ; Sh., 1877, pp. 70-71 ; Belin (...)
  • 73 Diterikhs, 1877, pp. 28-29.
  • 74 Pol’ferov, 1893, pp. 837-838.
  • 75 Tereshchenko, 1853, p. 65.
  • 76 Garder, 1875, pp. 216-217.
  • 77 Pour Manser, 1887, pp. 278-279, cette incapacité au trait s’explique par la constitution osseuse de (...)
  • 78 Babadzhanov, 1871, p. 32.

39Pour d’autres, les choses se renversent et le cheval kazakh, d’animal « à améliorer » devient « améliorateur », notamment grâce à sa rusticité et à son exceptionnelle sobriété, résumée dans ce dicton : « pendant les famines, il se nourrit d’air et de bâton »71. Maints auteurs soulignent son endurance72 – bien que certains contestent ce jugement, en soulignant qu’il ne faut pas confondre la force, la résistance aux privations et l’endurance à l’effort73. Croisés avec des kazakhs, les chevaux des paysans russes deviennent particulièrement durs à la tâche et peu exigeants74. Ceux-là paraissent plus aptes au portage – selle et bât –, qu’au trait75, mais c’est peut-être uniquement une question d’habitude76, puisque les Kazakhs les utilisent traditionnellement ainsi77. Croisé avec n’importe quel autre, le cheval kazakh, mâle ou femelle, transmet ses qualités à sa descendance, sa course rapide, légère et surtout, qualité appréciable pour la cavalerie, ses allures confortables, sans cahots78.

  • 79 Une verste : 1,067 km.
  • 80 Sotnja : centaine, escadron cosaque.
  • 81 Esaul [Essaoul] : capitaine cosaque.
  • 82 Vogak, 1873, pp. 96-98 ; Garder, 1875, pp. 212-215 ; Dzhantjurin, 1883, pp. 25-33. Voir aussi Sh., (...)

40S. Vogak, A. Garder et S. Dzhantjurin dressent une liste impressionnante des exploits réalisés sous la selle par des chevaux kazakhs, sur des distances variées. En 1869, Vogak franchit 1 500 verstes79 en un mois, dont la moitié dans le désert, avec deux sotnja80 cosaques montés sur des chevaux kazakhs. En 1872, l’esaul81 Milenin parcourut avec sa sotnja 120 verstes en onze jours et demi sans perdre un seul cheval. En 1873, le comte Borkh parcourut 400 vers-tes en six jours avec son régiment en terrain désertique, sans nourriture ni eau pour les chevaux. Le même, lancé à la poursuite du Kazakh Amantaj avec 70 cosaques, fit 200 verstes en deux jours, en rendant seulement deux chevaux boiteux. Avec deux montures, des courriers express allaient du fort Perosvkij à Orenbourg (soit 1 300 verstes) en 12 ou 13 jours ; ou encore de Tachkent à Orenbourg (2 000 verstes) en 18 jours, etc.82.

41Les chevaux kazakhs sont endurants, mais leur pointe de vitesse est limitée et, sur de courtes distances, ils ne peuvent rivaliser avec les chevaux du second type.

42D’antiques chroniques chinoises rapportent qu’au Ferghana,

  • 83 Bichurin, 1998 [1851], partie III, t. 2, p. 153. Voir aussi Borns, 1848, p. 381 ; Middendorf, 1882, (...)

« il y a de hautes montagnes, où vivent des chevaux qu’il n’est pas possible de capturer. C’est pourquoi on choisit des juments à cinq robes, c’est-à-dire tachetées, et on les envoie au pied de ces montagnes afin qu’elles soient couvertes par ces étalons. Elles donnent ensuite naissance à des poulains à la sueur de sang, qu’on dit de la race des chevaux célestes »83.

43Au IIe siècle avant J.-C., les Han envoyèrent une ambassade en Bactriane et au Ferghana en quête de ces chevaux, que l’armée impériale entendait employer dans sa lutte contre les Hioung-Nou. Après avoir essuyé un refus, les Chinois lancèrent une campagne militaire dans ces contrées qui leur permit ensuite d’importer des chevaux centrasiatiques.

  • 84 Kolosovskij, 1910, p. 133. Ibragimov (1874, pp. 157-158) décrit les soins attentifs dont les Turkmè (...)
  • 85 Barmincev, 1958, p. 27.
  • 86 Maslov, 1908, p. 3.

44Les argamak (en kazakh arghymaq ; en kirghize argymak), animaux racés, fins, longilignes et rapides sont considérés comme les descendants de ces chevaux « célestes ». Leur élevage est nécessairement plus intensif, avec une stabulation partielle, une alimentation riche en luzerne, en trèfle et en céréales84. C’est pourquoi ces chevaux se trouvent dans les zones traditionnelles de l’agriculture irriguée. Les conditions de l’élevage nomade des steppes sont trop âpres pour eux85. Aussi est-il difficile d’envisager leur large utilisation dans l’armée en dehors de quelques fonctions bien particulières, similaires aux raids auxquels les emploient traditionnellement les Turkmènes, mais ils peuvent néanmoins servir de reproducteurs en vue d’affiner les autres races86.

  • 87 Kolosovskij, 1910, p. 41 sqq., pour une description de leur extérieur.

45Les plus célèbres d’entre eux sont les akhal-tékés qui, selon les termes de V. P. Kolosovskij, sont de purs produits du désert87.

  • 88 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 8. Cf. Gor (...)

« Les chevaux tékés se distinguent par leur noblesse, la beauté de leurs lignes, une constitution bien proportionnée et d’excellentes extrémités ; ils sont secs, assez grands (jusqu’à deux archines et trois-quatre verchoks [1,55-1,60 m]) et travaillent très bien sous la selle. Ils ont pour défaut un poitrail peu profond et une croupe un peu plate, dus à la mauvaise alimentation des jeunes et à leur débourrage dès un an. Avec un nourrissage et un dressage corrects, ces défauts disparaissent »88.

  • 89 Vitt, 1937, pp. 46-47.

46Maints observateurs remarquèrent pourtant, à partir des années 1880, une dégradation de la qualité des akhal-tékés, qui perdaient en taille et en ossature89.

47Reconnaissant la qualité et l’originalité des chevaux akhal-tékés, les autorités russes exprimèrent la nécessité de conserver la race et d’empêcher sa fuite à l’étranger :

  • 90 Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2. (...)

« Conférant une importance particulière au cheval akhal-téké, la conférence [sur l’élevage équin au Turkestan] reconnaît que la Direction des Haras a le devoir d’acheter d’urgence tous les reproducteurs de valeur représentant cette race, mâles et femelles, et d’empêcher aucun animal de prix de quitter nos frontières, d’autant qu’après la mobilisation et les achats intensifs qu’ont effectués d’autres États, il en reste très peu pour nos haras »90.

48La rivalité anglo-russe se manifesta sur ce terrain également :

  • 91 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 8. Cf. Mas (...)

« Les Anglais ont remarqué la noblesse du cheval téké et chaque année, leurs agents achètent des étalons et les exportent par la Perse et l’Afghanistan. Ces derniers temps, nos voisins occidentaux ont également prêté attention au cheval téké. Les Prussiens ont obtenu pour leur haras de Trakehnen un étalon qui avait reçu un prix à l’exposition équine de Pjatigorsk en 1912 et ils tentent d’acheter des étalons et des poulinières tékés. La constance de cette race et son indéniable capacité à améliorer les autres races sont visiblement la cause de cet intérêt porté par les amateurs et les connaisseurs de l’élevage en Europe de l’Ouest, qui acquièrent des étalons et des poulinières tékés à des prix élevés. Dans un avenir proche, tous les meilleurs exemplaires de cette race auront été exportés à l’étranger si nous ne prenons pas des mesures urgentes afin de nous procurer ces chevaux et de créer une pépinière ou un haras d’État consacré aux tékés pur sang »91.

  • 92 Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2. (...)
  • 93 Lettre de P. Stakhovich, directeur des Haras, au général-gouverneur du Turkestan, le général Kuropa (...)

49Le prince N. Shcherbatov, ancien directeur des Haras impériaux, proposa en 1916 un marquage systématique des bons étalons, afin de faciliter l’enregistrement des chevaux, et l’ouverture d’un stud-book pour les akhal-tékés92. Son successeur, P. Stakhovich, proposa de faire la liste de tous les bons reproducteurs akhal-tékés qui devaient être exemptés du service militaire afin de sauvegarder la race93.

50Entre ces deux chevaux aux caractéristiques opposées, le kazakh et l’akhal-téké, se trouvent quelques intermédiaires, tels le karabaïr ou le iomoute.

  • 94 Maslov, 1908, pp. 3-4 ; Kolosovskij, 1910, p. 51.

51Les chevaux iomoutes présentent l’avantage d’être plus compacts que les tékés. Leur ligne de dessus est moins plate et ils ont moins d’air sous le ventre94.

  • 95 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 10. Les Ru (...)

« Au vu des exemplaires examinés, les chevaux des nomades iomoudes de la région transcaspienne, de Khiva et proches de la frontière perse pourraient même servir dans la cavalerie de la garde impériale »95.

  • 96 Kuz’min, 1937, pp. 106-107. Voir aussi Ibragimov (1874, pp. 158-159) pour une classification plus s (...)

52Les Turkmènes eux-mêmes distinguent trois types de chevaux, selon qu’ils sont plus ou moins racés : les chevaux de pur-sang, tékés ou iomoutes ; les alasha, métis, et les zhaby, chevaux à tout faire, comme le sont les kazakhs96.

  • 97 Rogalevich, 1937, p. 134.

53Les karabaïrs sont aussi appelés « chevaux de Boukhara »97 :

  • 98 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 8. Voir au (...)

« Le karabaïr est un demi-sang, provenant du croisement d’étalons de sang noble oriental et de poulinières d’origine mongole. Sous l’influence d’un apport constant de sang noble, le type mongol s’est largement effacé et ne se voit que dans la petite taille des juments. Le karabaïr mesure généralement deux archines et deux verchoks [1,51 m] ; il est bien constitué, sec, osseux et musculeux, ses extrémités sont sèches et solides ; il a une grande capacité de travail. Comme défectuosité, on remarque une arrière-main un peu étroite en dépit d’un sacrum large. Les plus légers servent sous la selle, les plus lourds tractent les arba [charrettes]. C’est une race très utile pour améliorer les chevaux locaux dans le Turkestan central »98.

  • 99 Maslov, 1908, pp. 2-3.

54Les karabaïrs de la région d’Ura-Tjube, de Samarcande et de la vallée du Zerafshan, dans l’émirat de Boukhara, font d’excellents chevaux de selle, un peu moins endurants que les kazakhs, mais plus élégants99.

Le leitmotiv de la taille

  • 100 B., 1890, p. 555.
  • 101 Belinskij, 1887, p. 79 ; Manser, 1887, p. 251. La bride complète comprend deux mors : un mors de fi (...)

55Le premier défaut du cheval kazakh, c’est sa petite taille, comme ne cessent de le répéter tous les hippologues100. C’est l’obstacle majeur empêchant son emploi dans la cavalerie, à laquelle s’ajoute une encolure un peu courte, censée gêner l’usage du mors de bride101.

  • 102 Begunova, 1992, pp. 183-185.

56La taille se mesure au garrot, en archines (0,71 m) et en verchoks (4,4 cm). Dans le jargon militaire de l’époque, un cheval « sans verchok », c’est un cheval de deux archines (soit 1,42 m) ou moins ; un cheval d’« un verchok » fait 1,46 m, etc. En 1869 fut adopté un nouveau règlement concernant la remonte qui stipulait que les chevaux d’armes devaient mesurer entre 2 archines 1,5 verchok et 2 archines 3 verchoks, soit de 1,48 à 1,55 m102.

  • 103 Garder, 1875, p. 238.
  • 104 Dobrosmyslov, 1895, p. 82.
  • 105 Obruchev, 1903, p. 112.
  • 106 Ja. Pol’ferov, cité par Dobrzhanskij, 1927, p. 26.

57Or la taille moyenne du cheval kazakh se situe autour de 1,37 m103. Dans la région de Turgaj, les chevaux kazakhs font 1,33-1,37 m au garrot, rarement jusqu’à 1,42 m104. Les chevaux de deux archines (1,42 m) ou plus ne sont que 2,8 % dans la région de Turgaj (5 % dans le district d’Aktjubinsk ; 1,5 % dans celui d’Irgiz)105. Ce format est cependant courant chez les chevaux Adaj du Sud-Ouest kazakh, plus proches des turkmènes106.

  • 107 Garder, 1875, p. 212. De même, A. Sh., frappé par « les qualités idéales du cheval kirghize » (1877 (...)
  • 108 Qu’ils le jugent apte ou non au service militaire, les auteurs donnent généralement la préférence a (...)
  • 109 Diterikhs, 1876 ; Diterikhs, 1877.

58Répondant à l’article dithyrambique d’A. Garder, pour qui les innombrables qualités du cheval kazakh le rendent « apte à tous les services imaginables »107, K. Diterikhs distingue plusieurs types équins suivant les régions d’élevage, notamment les montagnes et les steppes108 – distinction qui correspond grossièrement pour nous à la différence entre le cheval kirghize et le cheval kazakh – et il déclare sans ambages que même les meilleurs d’entre eux sont impropres au service militaire109. Après trente pages de discussion sur les mérites réels ou supposés du cheval kazakh, cet auteur finit par conclure que la question n’a même pas à être soulevée, puisque, toisant moins de deux archines, il ne peut être question de l’employer :

  • 110 Diterikhs, 1877, p. 31.

« Il suffit de dire que le cheval kirghize, à de rares exceptions près, correspond par sa taille à la norme ‘sans verchok, pour que la cavalerie ne puisse lui reconnaître aucune des qualités que lui attribue monsieur Garder »110.

  • 111 Maslov, 1908, p. 4.
  • 112 Babadzhanov, 1871, pp. 33-37 ; Belinskij, 1886a, p. 272 ; Manser, 1887, pp. 251, 272-273 ; Khantins (...)

59La dégradation des chevaux kazakhs111 et la diminution de leur taille sont le plus souvent attribuées aux pratiques équestres locales : la traite des juments, qui nuit au développement des poulains ; le débourrage précoce, dès l’âge d’un an ; une utilisation excessive sous la selle, jusqu’à l’éreintement ; une alimentation quasiment inexistante ; des saillies hâtives, parfois consanguines, surtout chez les petits propriétaires112.

  • 113 Lettre du général-gouverneur du Turkestan, A. Kuropatkin, au directeur des Haras, P. A. Stakhovich, (...)

« La tâche la plus urgente est de régler au plus vite la question des étalons reproducteurs qui pourraient accroître la taille des chevaux kirghizes. C’est tout ce qui manque à ce cheval. Le cheval kirghize du Sud donnera un animal de selle ; celui du Nord, un animal de trait »113.

  • 114 Velikoslavcev, 1871, pp. 20-21 ; Garder, 1875, p. 227 ; Dzhantjurin, 1883, pp. 38-40 ; Kolososvkij, (...)

60Et pourtant, la taille ne fait pas tout. Faire une étape de 30 km sur un cuirassier est une souffrance pour le cavalier et sa monture, parce que cet animal, certes grand, est fait pour le trait, il est lourd, lent, inconfortable et peu maniable, tandis que c’est un plaisir de monter un petit cheval de selle, qui avance tout seul à un pas de 8 km/h114.

  • 115 Vogak, 1873, pp. 98-99.

« Il convient de reconnaître que le cheval kirghize est propre à servir dans l’artillerie et plus encore dans la cavalerie. Les bataillons montés des Cosaques d’Orenbourg, qui utilisent des chevaux bachkirs et kirghizes, ne le cèdent en rien, par leur vitesse, à aucun autre bataillon de cavalerie. On dit que les grands chevaux ont un galop plus étendu et que leur massivité leur confère une plus grande force de frappe. Mais ces considérations ne sont qu’à moitié vraies […]. En outre, en temps de guerre, on ne peut pas toujours compter sur les commodités auxquelles sont habitués les chevaux des troupes régulières, qui vivent en écurie »115.

61Au-delà des apparences, il convient de considérer avec pragmatisme tous les avantages offerts par le cheval kazakh :

  • 116 Garder, 1875, p. 218.

« Il est clair que des chevaux plus grands, tels les argamak ou plus beaux, tels les karabaïrs, qui possèdent aussi des qualités, ne manquent pas de partisans parmi nos officiers en Asie centrale et parmi les commerçants […] Mais mêmes ces derniers, tout passionnés qu’ils soient de ces beaux et grands chevaux, donnent néanmoins la priorité à un bon cheval kirghize, car on ne peut pas en trouver un autre qui soit aussi calme, aussi infatigable, aussi peu exigeant sur la nourriture, qui demande aussi peu de soins et possède de telles allures »116.

  • 117 Ibidem, p. 238.

62Enthousiaste, A. Garder raconte la victoire d’un étalon kazakh toisant 1,33 m dans une course cosaque de 20 km et il propose même, au vu des innombrables qualités du cheval kazakh, de modifier la règle pour lui, en abaissant à deux archines (1,42 m) la limite inférieure sous laquelle aucun cheval ne peut servir dans l’armée117.

  • 118 Les Haras nationaux français fixent la limite à 1,47 m pour distinguer les poneys des chevaux, soit (...)
  • 119 Manser (1887, p. 243) remarque à juste titre que, sur cette question, les spécialistes en arrivent (...)

63Il est clair que l’amour propre des officiers de la cavalerie impériale aurait grandement souffert de voir leurs hommes enfourcher des poneys118 et que, derrière de prétendues questions d’efficacité, c’est cela qui était en jeu. À quoi bon faire partie d’un régiment monté si c’est pour être monté si bas ? Cette appréhension explique le caractère tranché et excessif119 des jugements portés sur le cheval kazakh.

L’amélioration du cheval « kirghize »

  • 120 Shumkov, 1892, p. 344 ; Dobrosmyslov, 1895, pp. 157-158.

64La rudesse du climat est interprétée comme un obstacle à l’amélioration de la race120, qui doit se raffiner sans perdre sa rusticité, deux objectifs contradictoires difficilement conciliables.

  • 121 Velikoslavcev, 1871, p. 13 ; Belinskij, 1886a, p. 274 ; Belinskij, 1887, p. 77.
  • 122 Manser, 1887, pp. 236-237.
  • 123 Velikoslavcev, 1871, p. 17 ; Sh., 1877, p. 93 ; Dzhantjurin, 1883, p. 56 ; Belinskij, 1887, p. 78 ; (...)

65Les Russes estiment que les Kazakhs, propriétaires d’immenses troupeaux comptant parfois plusieurs milliers de têtes, ne pourraient être intéressés par l’amélioration de leurs chevaux que dans la mesure où l’intérêt qu’ils pourraient en retirer serait supérieur aux dépenses encourues par l’intensification de leur élevage121. En effet, ces animaux, tels qu’ils sont, satisfont pleinement et à moindre coût à leur exigence de polyvalence122. Les autorités envisagent d’augmenter le prix d’achat des chevaux, mais aussi d’organiser des expositions d’élevage, de récompenser les éleveurs méritants par des décorations et des médailles123.

66Même si le mot est parfois employé, les spécialistes parlent encore assez peu de « race », une notion extrascientifique qui ne se développera pleinement dans le discours des hippologues qu’au XXe siècle. La race est une classe intraspécifique d’animaux domestiques issue de l’action conjointe des sélections naturelle et artificielle. Le concept de race est apparu récemment en Occident ; il ne prit corps en France qu’au XVIIIe siècle et se définit, pour les chevaux, en étroite relation avec l’idée de sang, créée par une noblesse soucieuse de préserver sa distinction menacée par la bourgeoisie montante. La classification en races ne correspond pas aux règles de la taxinomie, à savoir l’exhaustivité et l’homogénéité des classes. Il existe des individus exclus de toute classe, « sans race », et, à l’intérieur des classes, certains individus sont plus « racés » que d’autres. Contrairement au genre et à l’espèce, la race n’est jamais définie par des critères biologiques stables et précis.

67Les Russes distinguent les races dites cultivées [kul’turnye] et les races locales ou populaires. La « culture » dont il est ici question fait référence au type de nourrissage. L’élevage « cultivé » est intensif, il requiert la présence d’écuries et la production de fourrage (foin et céréales) ; l’élevage « populaire » est extensif, les chevaux sont élevés en troupeaux, sur des pâturages. Une hiérarchie s’instaure donc, qui sépare races d’élite et races communes :

  • 124 Sadovnikov, 1891, p. 2.

« Les races [porody] les moins cultivées et les plus naturelles s’éteignent et laissent place à des races plus cultivées et plus artificielles »124.

68Au français race correspondent plusieurs mots en russe : rasa quand il s’agit de race humaine ; poroda quand il s’agit de race animale ; mais aussi plemja, qui correspond au peuple ou à la tribu quand il s’agit de groupes humains et à la race quand il s’agit d’animaux. On distingue ainsi les chevaux plemennoj (littéralement « de race ») et non plemennoj, une opposition qui ne va pas de soi quand on est habitué à la terminologie française. En fait, il ne s’agit pas à proprement parler de « race » comme on parle en français de chiens de race et de bâtards (on utilise alors le mot poroda), puisque les chevaux plemennoj ne sont pas toujours « de race pure » [porodistyj]. Ce sont simplement des animaux issus d’un travail de sélection (soit à l’intérieur d’une race, soit en croisant plusieurs races) et censés être d’une qualité supérieure.

  • 125 Ibidem, p. 10.

69Puisqu’il y a hiérarchie, il existe aussi une « amélioration » des races équines. Ce processus s’effectue par deux voies : l’amélioration interne, dite « en soi », par sélection des meilleurs spécimens destinés à la reproduction et par intensification du nourrissage ; et l’amélioration externe, dite « par apport de sang », en croisant les individus de la race à améliorer avec des représentants d’autres races, censés transformer leur descendance dans le sens désiré125. Étant donné que le nombre de mâles nécessaires à la reproduction est environ dix fois inférieur au nombre de femelles requises, on choisit généralement, pour des raisons économiques, d’accoupler des femelles de race locale, commune, avec des mâles de race importée, dite « cultivée » [kul’turnyj] ou encore « de haras » [zavodskoj]. Selon les époques et les régions furent préconisées l’une ou l’autre méthode, l’amélioration « en soi » ou « par apport de sang ».

  • 126 Vogak, 1873, p. 100.
  • 127 Manser, 1887, pp. 276-277 ; Barmincev, 1958, p. 119. Voir aussi Pleshcheev, 1904, pp. 72-73.
  • 128 Kerimbaev, 1951, pp. 95-96. Cette politique mènera à la création, en 1951, d’une race de chevaux ap (...)

70La première, recommandée par plusieurs spécialistes126 fut appliquée, par exemple, dans la pépinière de chevaux « kirghizes » de Kustanaj, organisée en 1898, qui comptait 300 poulinières et 30 étalons, tous kazakhs. Les troupeaux étaient appariés par des spécialistes ; les juments n’étaient pas mises à la reproduction avant l’âge de quatre ans, elles n’étaient pas traites, elles pâturaient toute l’année et recevaient un complément alimentaire à la mauvaise saison ; les poulains étaient sevrés en octobre, puis alimentés et mis en stabulation pendant l’hiver. De cette manière, on espérait augmenter la taille et corriger quelques défectuosités : affiner la tête, allonger l’encolure, les membres et la croupe, améliorer les aplombs127. Le modèle s’améliora, mais la taille ne s’accrut pas suffisamment pour permettre un emploi dans la cavalerie. Aussi, à partir de 1908, la pépinière recourut également à la seconde méthode, en croisant les juments kazakhes avec des chevaux de selle russes et des chevaux du Don128.

  • 129 Barmincev, 1958, pp. 65-67, 71, 141-142.
  • 130 Belinskij, 1887, p. 72.

71La seconde méthode était déjà appliquée de longue date en Asie centrale. Des croisements entre les deux types de chevaux ont toujours eu lieu, facilités par la mobilité des nomades, et notamment les trajets méridionaux des Kazakhs de l’Ouest. Dans les années 1880, des étalons akhal-tékés furent transférés dans les haras de l’Ouest kazakh et ils s’y acclimatèrent bien, mais ils supportaient mal la vie en troupeaux129. Quelques initiatives privées menèrent à la création de troupeaux améliorés par croisement avec des étalons de sang, tels ceux du sultan Konurgul’dzhin dans l’arrondissement d’Akmolinsk130.

  • 131 Voroncov-Dashkov, 1890, p. 570. Voir aussi Babadzhanov, 1871, p. 21.
  • 132 Manser, 1887, p. 276 ; Maslov, 1908, p. 14.
  • 133 Barmincev, 1958, p. 150. Quatre de ces étalons du Don sont restés célèbres : Zabavnik, Zapros, Zeve (...)

72Le débat porta alors sur le choix du cheval améliorateur. En 1890, le comte Voroncov-Dashkov, directeur des Haras, prônait le recours aux étalons kalmouks131. Le croisement avec des chevaux du Don ou bachkirs donnait aussi de bons résultats132. En 1911 et 1912, des étalons du Don furent envoyés dans les pépinières de Kustanaj et du Syr Darya, afin d’y saillir des juments kazakhes133.

  • 134 Dzhantjurin, 1883, pp. 46-49 ; Barmincev, 1958, p. 155.
  • 135 Maslov, 1908, p. 16.

73Des trotteurs Orlov furent également importés dans les steppes kazakhes, à la fois par des haras d’État, afin d’obtenir des chevaux de cavalerie, et par des haras privés, pour avoir des animaux aptes aux travaux agricoles134. Dans le Semirechie, le mélange de chevaux kazakhs, kirghizes, russes et sibériens donna naissance au « cheval de Verny », sec, doté d’une bonne ossature, de membres courts, mais pas très grand (1,46-1,48 m)135.

  • 136 Belinskij, 1886a, pp. 273-274.
  • 137 Rapport du directeur du haras du Syr Darya au major général Susanin, membre du conseil des Haras, d (...)

74Divers croisements pouvaient être conjugués : le karabaïr allongera l’encolure du cheval kazakh, et l’argamak accroîtra sa taille136. Le directeur du haras du Syr Darya affirmait que, dans l’arrondissement de Kazalinsk, les éleveurs souhaitaient avoir des étalons karabaïrs, turkmènes ou boukhariotes137.

75Le général-gouverneur du Turkestan A. N. Kuropatkin avait son propre avis sur la question :

« Depuis cinquante ans que je connais la richesse du Turkestan en chevaux, j’estime que, pour être croisé avec des poulinières kirghizes, le meilleur étalon, c’est celui de la tribu iomoude, suivi du karabaïr. Mais ni l’un ni l’autre ne se prête à la vie en troupeaux et, si on les y lâchait, ils deviendraient une charge, car on serait obligé de les entretenir et de les alimenter séparément. C’est pourquoi il faudra d’abord former des troupeaux de juments kirghizes entretenues par l’État dans des pépinières. Croisées avec des iomoudes et des karabaïrs, elles donneront des étalons de première génération, qui seront davantage utilisables comme étalons conducteurs de troupeau.

Le succès de l’entreprise dépendra ensuite de deux facteurs principaux : 1) un nombre suffisant d’étalons reproducteurs donnés à la population ; 2) une aide accordée aux Kirghizes pour la préparation du fourrage nécessaire aux troupeaux en hiver. Cette dernière mesure devra être appliquée de manière obligatoire, au besoin en employant la force. Dans un avenir proche, les Kirghizes eux-mêmes nous en remercieront.

  • 138 Lettre du général-gouverneur du Turkestan, A. Kuropatkin, au directeur des Haras, P. A. Stakhovich, (...)

Nos troupes agissent actuellement, sur mon commandement, contre les Turkmènes iomoudes qui ont refusé de fournir des travailleurs et ont attaqué des villages russes et des postes russes le long de l’Atrek, du Gurgen et de la rivière Karas. Entre autres tâches, les troupes ont pour mission de prendre leurs chevaux aux Turkmènes iomoudes. J’espère qu’on en aura plusieurs centaines et j’ai fait préparer pour eux un bâtiment provisoire dans les écuries du régiment cosaque de Taman, près d’Achkhabad. Ces chevaux iomoudes pourront être cédés aux Haras, afin de servir de reproducteurs, mâles et femelles »138.

  • 139 Bartol’d, 1963 [1927], p. 414.

76Les Turkmènes iomoutes opposèrent, en effet, une résistance farouche à la colonisation russe, si bien que le général Kaufman avait ordonné au khan de Khiva de les exterminer139 et que beaucoup fuirent en Iran.

  • 140 Belinskij (1886b, p. 6) et Khantinskij (1904, pp. 57, 59) partagent le même avis.
  • 141 Krasovskij, 1868, p. 300 ; Vogak, 1873, p. 100 ; Pleshcheev, 1904, p. 73.
  • 142 Dzhantjurin, 1883, p. 45.

77Pour le colonel Krasovskij ou pour S. Vogak, cependant, les croisements ne font que nuire au cheval kirghize : croisé avec le cheval russe, il donne un animal très médiocre140 ; avec l’argamak, il n’est plus capable de supporter les privations141. Certains auteurs parent le cheval kazakh de tant de qualités qu’il « doit rester exactement tel qu’il est actuellement. C’est le but qu’on doit avoir à l’esprit pour l’améliorer, sans songer à faire de lui un animal ‘de race’ »142. En un mot, il conviendrait de « l’améliorer » sans y rien changer !

Élevage et colonisation

78L’influence néfaste qu’a eu la colonisation russe sur l’élevage équin en Asie centrale est couramment admise, et ce pour tous les types de chevaux :

  • 143 Maslov, 1908, pp. 5-6. Manap : notable kirghize cumulant des pouvoirs exécutifs, judiciaires, milit (...)

« En cédant à l’usage commun toutes les terres libres, le pouvoir russe mit fin aux privilèges fonciers des sultans et des manap kirghizes, qui étaient les plus gros éleveurs de chevaux. Ces derniers cessèrent de recevoir des étalons de Kokand et de Boukhara avec lesquels ils amélioraient leurs chevaux kirghizes. Peu après commença l’assignation des meilleures terres aux colons russes. Par ailleurs, la demande en produits céréaliers accrut notablement, leur prix augmenta, ce qui incita les Kirghizes à devenirs agriculteurs et augmenta encore la pression foncière aux dépens des gros éleveurs, qui manquaient de pâtures pour leurs chevaux. Ces derniers, ne souhaitant pas réduire quantitativement leur cheptel puisque, pour le nomade, le respect se mesure au bétail possédé, notamment équin, ils le conservèrent au détriment de sa qualité »143.

  • 144 Ibidem, pp. 4-5, 6-7 ; Gorelov, 1928, p. 7.

79À ces causes s’ajoutent, pour l’élevage intensif, la hausse du prix du fourrage et une baisse de la demande en montures de qualité, qui entraînèrent la déchéance, tant qualitative que quantitative, des karabaïrs et la reconversion des Turkmènes, abandonnant les alaman pour l’agriculture144. Ainsi, G. Krivcov souligne que la civilisation européenne ne peut avoir qu’une influence néfaste sur les chevaux arabes ou tékés car

  • 145 Krivcov, 1873, pp. 241-242.

« seule une tribu de pillards et de brigands a besoin d’élever un tel coursier […] Il sauvera la vie de n’importe quel cavalier, lui donnera force, influence et aisance. Quand le pays sera pacifié, la présence de tels chevaux rapides et infatigables ne sera plus tellement nécessaire »145.

80Le général-gouverneur du Turkestan, A. N. Kuropatkin, dressait le constat suivant :

« Accordant une énorme importance au développement de l’élevage du cheval au Turkestan qui, s’il est bien mené, sera à même de tirer l’armée russe d’embarras, j’estime que le succès de cette entreprise dépend entièrement de la manière dont nous utiliserons les chevaux kirghizes et les Kirghizes eux-mêmes, étant donné que l’élevage ‘cultivé’ du cheval qui s’y développe actuellement ne doit avoir qu’un rôle tout à fait secondaire et doit avoir pour objectif de fournir les reproducteurs nécessaires aux troupeaux […].

Ces trente dernières années, au lieu d’utiliser le Kirghize et son cheval au profit de l’État, on s’est mis à considérer ce nomade comme une survivance du passé dont il faut se débarrasser au plus vite. On l’a pressé de toutes parts, le privant des terres qu’il utilisait depuis des siècles, sans prendre en compte les nécessités de la vie nomade et sans se demander comment il pourrait survivre. Par une série de mesures, on s’est efforcé de le rendre sédentaire ou semi-sédentaire. En lui allouant des terres, on n’a pris en compte que les surfaces cultivées, sans lui donner les pâtures nécessaires à son activité d’élevage.

Il convient d’admettre que la Russie a besoin du nomade kirghize, car c’est précisément en tant que nomade qu’il lui rendra d’immenses services, qu’il pourra vivre dans l’aisance et de nouveau se considérer comme un homme heureux.

  • 146 Lettre du général-gouverneur du Turkestan, A. Kuropatkin, au directeur des Haras, P. A. Stakhovich, (...)

Actuellement le Kirghize, pressé par l’administration coloniale, qui lui a enlevé les meilleurs terres pour les colons russes, pressé par le service des forêts, qui limite son droit à utiliser combustibles et pâtures, totalement opprimé, se trouve en situation de paria dans le riche Turkestan. Il est temps de limiter son dépouillement et de le rendre à une nouvelle vie, indispensable pour la Russie, de le considérer comme un honorable travailleur, utile à la Russie et à son armée, en le chargeant de nous fournir des chevaux, de la viande et de la laine »146.

  • 147 Dzhantjurin, 1883, pp. 62-67 ; Obruchev, 1903, p. 121 ; Maslov, 1908, p. 13 ; Kolosovskij, 1910, p. (...)

81Pour permettre la sauvegarde et l’amélioration du cheptel équin, il ne suffit donc pas de motiver les éleveurs, il convient également de leur fournir les conditions permettant de réaliser ces objectifs, en limitant les surfaces cultivées – notamment afin de libérer les parcours de nomadisation –, en autorisant le pacage en dehors de l’arrondissement ou de la région d’origine, en instaurant des prix raisonnables de location des terres russes et cosaques, en encourageant à faire des réserves collectives de foin en prévision des hivers difficiles147.

Dressage et équitation

82Pour les Russes, les cavaliers centrasiatiques arrêtent le dressage de leurs chevaux au débourrage. Il s’agit d’un apprentissage sommaire, se contentant du fait que le cheval accepte le cavalier et obéisse aux ordres élémentaires concernant la vitesse et la direction du mouvement. Le débourrage expéditif des chevaux kazakhs est parfois présenté comme un argument incitant à leur emploi dans la cavalerie russe.

  • 148 Dzhantjurin, 1883, pp. 41-42. Voir aussi Sh., 1877, p. 90.

« Le dressage du cheval kirghize demande moins de temps, tout d’abord parce qu’il est rare de trouver dans la steppe un cheval qui n’ait jamais été monté et ensuite parce que, même dans ce cas, il peut à la rigueur être employé au service immédiatement, sans aucune préparation »148.

  • 149 Velikoslavcev, 1871, p. 16 ; Vogak, 1873, p. 98.

83Pour employer dans l’armée des chevaux kazakhs déjà débourrés par leurs propriétaires, il suffit de leur enseigner quelques rudiments de l’art militaire : les habituer aux coups de feu et aux roulements de tambour, leur apprendre à marcher au pas et alignés. Cet apprentissage ne serait l’affaire que de quelques jours, tandis qu’un dressage complet exige plusieurs mois149.

Course kazakhe à la chèvre (Kökpar, « jeu d’arrache-bouc »), années 1910.

Course kazakhe à la chèvre (Kökpar, « jeu d’arrache-bouc »), années 1910.

Vidy Turkestana [Vues du Turkestan], album compilé par le photographe amateur Valent Aleksandrovich Presvjatskij, responsable de cadastre au Turkestan russe dans les années 1910. © Svetlana Gorshenina.

  • 150 N., 1873, pp. 101-102.

84Tandis que d’autres auteurs, soulignant le caractère farouche des chevaux élevés en liberté150 ou déplorant le manque d’éducation des cavaliers centrasiatiques, qui manient leurs bêtes avec brutalité, sont convaincus de la nécessité d’apprendre aux Kazakhs à dresser leurs chevaux :

  • 151 Schenkel (allemand) : technique d’équitation où la maîtrise du cheval se base principalement sur de (...)

« Il serait bon de créer à Orenbourg, Verny et Tachkent des petites écoles de dressage avec quelques élèves kirghizes et cosaques. Les Kirghizes montent bien à cheval à leur manière, mais ils ne savent pas dresser leurs chevaux comme il convient dans une cavalerie régulière. Leurs chevaux ont la tête placée trop haut ; tout le poids du cavalier et de la selle repose sur les antérieurs ; ils ne savent pas les équilibrer ni leur apprendre le schenkel151. Par leur rude dressage, les Kirghizes abîment et ruinent leurs chevaux. Comme ces animaux sont chez eux innombrables, cela n’a pas d’importance ; mais, parmi un petit nombre de chevaux sélectionnés, cela ne manquerait pas d’être perceptible. Autrement dit, il serait dommage de dresser des chevaux améliorés aussi grossièrement que ne le sont les chevaux kirghizes ordinaires dans la steppe, garrottés et jetés à terre pour être sellés […]

  • 152 Velikoslavcev, 1871, pp. 14-15, 21. Voir aussi Obruchev, 1903, p. 122.

Il faudrait apprendre aux jeunes Kirghizes à traiter avec ménagement les chevaux améliorés, à ne pas leur casser le dos par des galops rapides et de brusques arrêts, demandés avec une assiette dure et sans effets de jambes, à ne pas les battre sans rime ni raison, à les débourrer sous la selle progressivement, sans les entraver ni les jeter à terre […] Après une année passée dans ces écoles (ou davantage, suivant leur âge), les élèves reviendraient dans leurs iourtes en sachant parler russe et traiter les chevaux comme il convient »152.

  • 153 La mise en main est l’attitude du cheval soumis, qui, rênes tendues et dans l’impulsion, fléchit sa (...)
  • 154 Barmincev, 1958, p. 95.

85Qu’ils la sanctionnent positivement ou négativement, les observateurs allogènes soulignent tous l’absence de véritable dressage. Il est vain de chercher trace d’un art équestre dans les steppes centrasiatiques et ces cavaliers ne recherchent pas la mise en main153. Comme le remarque Ju. N. Barmincev, étudiant l’évolution des races équines, les Kazakhs n’ont pas favorisé le développement d’une encolure longue et mobile chez leurs chevaux, car ils ne les soumettaient à aucun dressage particulier et, lors de la sélection, ils prêtaient attention à la largeur de l’encolure, mais pas à sa longueur154.

86Cette arme pouvait néanmoins se révéler à double tranchant. S’ils apprenaient à dresser convenablement des chevaux d’armes, les Kazakhs ne pourraient-ils pas avoir l’idée de former leur propre cavalerie pour se retourner contre leurs colonisateurs et instructeurs ? Sûrs de leur supériorité, ces derniers se rassuraient contre les dangers d’une telle éventualité.

  • 155 Velikoslavcev, 1871, pp. 17-18.

« Premièrement, les Kirghizes sont déjà d’excellents cavaliers. […] Deuxièmement, l’invincibilité de notre infanterie, nos positions renforcées autour des puits, nos possessions dans les steppes du Sud font que nous pourrons toujours nous en sortir avec les Kirghizes, les dompter et en venir à bout »155.

  • 156 Ibidem, pp. 18-19.

87Les choses sont bien claires : c’est le cheval kazakh qui intéresse l’armée russe, pas son cavalier, « nomade et à demi-sauvage ». En effet, pour P. Velikoslavcev, « ce n’est pas Tamerlan ni Gengis Khan qui ont conquis l’Asie et une partie de l’Europe, ce sont les chevaux centrasiatiques » ! Il n’est pas question d’engager des Kazakhs dans la cavalerie – du moins pas pour l’instant, jusqu’au changement de politique qui déclencha la révolte de 1916. La solution est toute trouvée : pour qu’ils soient libérés du service militaire, on proposera aux Kazakhs d’acquitter un tribut payable en chevaux dressés de haute taille156.

88Pour lutter contre le déclin des races de selle, le prince N. Shcherbatov, directeur des Haras impériaux, proposait en 1913 de soumettre les reproducteurs au dressage : dès deux ans pour les étalons, avant de les destiner à la monte à trois ans ; et d’allouer les jeunes juments à des officiers de l’armée, entre trois et quatre ans, avant de les renvoyer aux haras et d’en faire des poulinières :

  • 157 Rapport à l’Empereur du directeur des Haras, le prince N. Shcherbatov, daté du 14.12.1913 : CGA RUz (...)

« D’une poulinière dressée et qui a travaillé, on obtient un poulain solide et musclé, ayant déjà hérité des aptitudes au travail. Cela améliorera incontestablement la qualité du cheptel dans nos haras de chevaux de selle et nous dispensera d’importer des demi-sang de l’étranger pour la remonte de l’armée »157.

89Le dressage serait ainsi, pour ainsi dire, héréditaire !

90Pour les chevaux akhal-tékés en particulier, la direction des Haras préconisait, en 1916, la création d’une pépinière à Makhtum-Kala comptant soixante poulinières, organisée de sorte que

  • 158 Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2. (...)

« les poulains y bénéficient d’un nourrissage cultivé et d’un entraînement bien mené jusqu’à l’âge de quatre ans. L’akhal-téké revêt, pour le Turkestan, la même importance que le pur-sang anglais en Europe. C’est pourquoi il est nécessaire non seulement de le conserver dans sa pureté, mais aussi de renforcer, autant que possible, ses qualités, ce qui, en l’absence des conditions naturelles et du travail intensif qui ont contribué à former la race, ne se fera que par le biais d’un entraînement adéquat et prolongé »158.

91Par un dressage et un entraînement corrects des montures, suivant les méthodes occidentales, on espère pallier le manque d’éducation de leurs cavaliers.

Des courses

  • 159 Ferret, 1997 ; eadem, 2008.
  • 160 Pol’ferov 1890, pp. 733-734 ; Kolosovskij, 1910, pp. 114 et sqq.
  • 161 Dzhantjurin, 1883, p. 56 ; Kolosovskij, 1910, p. 110.

92Après la conquête, les Russes s’intéressèrent aux courses hippiques pratiquées en Asie centrale, notamment les bäjge kazakhs, courus sur de longues distances (une trentaine de kilomètres), à la différence des courses occidentales (courues sur quelques kilomètres)159. Les hippologues voyaient dans les courses un moyen de sélectionner les reproducteurs susceptibles d’améliorer la race. Ils se désolaient de voir les Kazakhs castrer leurs meilleurs chevaux de course, se plaignaient de la baisse du niveau des compétitions et de leur organisation irrationnelle160, préconisaient qu’on multiplie les courses d’État, que les prix offerts aux vainqueurs soient mieux dotés et même qu’on encourage les paris161.

  • 162 Babadzhanov, 1871, p. 84 ; Kolosovskij, 1910, p. 117.

« Avant que les Russes n’organisent des courses d’État, les Kirghizes castraient sans pitié les étalons qui s’étaient révélés bons coureurs et ne faisaient pas reproduire leurs juments afin de les utiliser le plus longtemps possible pour les courses »162.

  • 163 Babadzhanov, 1871, p. 47.

93En effet, de manière générale, ce sont les hongres qui sont utilisés sous la selle et, autrefois, ils étaient seuls à participer aux compétitions163. Même si, par la suite, entiers et juments furent admis à concourir, l’habitude de castrer les meilleurs chevaux de selle, tels les ambleurs, a perduré.

  • 164 Kolosovskij, 1910, p. 118.

94La société des courses de Tachkent fut créée en 1868164. Mais certains auteurs estimaient que ces premières courses classiques sur de courtes distances organisées au Turkestan n’avaient guère d’influence sur l’élevage, du fait de l’absence de sélection et de l’indigence de l’entraînement :

  • 165 L., 1890, p. 816.

« Dans la plupart des cas, nos sportifs dilettantes ont peu de moyens financiers et ils attendent l’occasion d’acheter sur un bazar un cheval qui leur permettra de se promener en ville et qui montre en même temps quelque aptitude à la course […]. La ‘préparation’ à la compétition se déroule, évidemment, sans aucune connaissance de l’art de l’entraînement, et consiste simplement à le faire galoper tous les jours sur une piste avec une couverture […] Cela affaiblit le cheval et, le jour de la course, il s’effondre. […] Dans ces conditions, l’existence d’une société des courses n’a, à notre avis, aucune incidence sur l’élevage au Turkestan et ne doit être pris que comme un mode de distraction pour le public »165.

  • 166 Ferret et Toktabaev, 2009.

95Le bon cheval de course était vu par les indigènes comme un don du ciel, et non comme le fruit d’un travail de sélection. Les critères définissant son extérieur étaient d’ailleurs très variables166 :

  • 167 Babadzhanov, 1871, p. 85.

« S’en remettant entièrement au hasard, les Kirghizes, comme tous les gens simples, ne s’appliquent que rarement à œuvrer avec toute la force de leur volonté pour développer et améliorer leur production »167.

  • 168 Ibidem, p. 78.
  • 169 Vogak, 1873, p. 93. Pour une présentation de ces méthodes : Ferret, 2006a, pp. 609-620.

96Les Russes eux-mêmes avaient tendance à sous-estimer l’importance de l’entraînement168 et, par ethnocentrisme, ils jugeaient aberrantes les méthodes indigènes de préparation aux épreuves169 – quand ils ne les trouvaient pas inexistantes.

  • 170 Babadzhanov, 1871, pp. 35-48 ; Gubarev, 1864, p. 372.

97À partir de 1870, l’État finançait une course par an dans la Horde intérieure, sur une vingtaine de kilomètres, ouverte aux chevaux adultes, mâles et femelles170. Afin que la sélection corresponde à leurs critères propres, les Russes introduisirent progressivement la course à l’européenne. La première expérience eut lieu en 1884 à Karabas, dans le district Nikolaevskij de la région de Turgaj. C’était une course de 12 verstes, distance issue d’un compromis difficile entre Russes et Kazakhs, sur une piste circulaire.

98Si les Kazakhs entraînaient leurs coursiers afin de développer leur endurance, les Russes privilégiaient, eux, la vitesse. Ils jugeaient sévèrement leurs adversaires, comprenant mal qu’on puisse avoir une conception des épreuves différente de la leur :

  • 171 Dobrosmyslov, 1895, pp. 129-132, citant Medvedskij, Otchet po komandirovke v 1884 godu v kirgizskie (...)

« N’ayant aucune idée des conditions dans lesquelles ont lieu les courses européennes et ignorant tout des moyens que doit utiliser l’organisme de l’animal pour développer une vitesse maximum en un temps donné et sur une distance donnée, les Kirghizes sont persuadés que le cheval le plus fort et le plus rapide est celui qui est capable de parcourir le plus d’espace à une allure donnée »171.

  • 172 Ibidem.

99Ils exprimèrent un mépris affiché pour les coursiers alignés lors de cette épreuve : 45 hongres et 3 juments âgés de 4 à 11 ans, d’une taille allant de 1,32 à 1,37 m, des animaux flegmatiques, dépourvus de « la moindre trace de feu ou de fougue »172.

100En 1889 près d’Aktjubinsk, eut lieu une course « plus organisée » que d’habitude, sur une piste de 7 km, mais sur une distance coutumière des Kazakhs.

  • 173 Pol’ferov, 1890, p. 734.
  • 174 Selon Dzhantjurin (1883, p. 31) les premiers parcouraient 20 verstes à la vitesse moyenne de 38 km/ (...)
  • 175 Barmincev, 1958, pp. 108-109.

101Cette expérience répétée à plusieurs reprises vit une nette amélioration des résultats (d’abord 22 km en 58’ ; puis 30 km en 50’40’’ ; puis 32 km en 41’50’’)173. Les records de vitesse enregistrés au XIXe siècle174 ont éveillé la suspicion, mais des expériences menées par les Soviétiques dans les années 1950 ont confirmé la rapidité des chevaux kazakhs sur des distances moyennes175.

  • 176 Dobrosmyslov, 1895, p. 132.
  • 177 Dmitriev, 1914, p. 12.

102Dans les années 1890, les courses à l’européenne se multiplièrent dans la région176. Et les rôles se renversaient parfois, puisqu’il arrivait aux Kazakhs ou aux Kirghizes d’organiser eux-mêmes des courses sur le modèle européen, à l’intention des Russes et des Cosaques, et d’offrir des prix aux vainqueurs. C’étaient des courses de plat, sur deux ou trois kilomètres, des courses d’obstacles ou des démonstrations de dzhigitovka, voltige équestre en ligne droite177.

Politique d’achat

  • 178 C’était aussi le cas des Turkmènes, bien que le statut du cheval soit tout autre chez eux : Ibragim (...)

103Les Kazakhs étaient naturellement peu enclins à vendre leurs chevaux178, préférant accumuler de grands troupeaux qui représentaient à leurs yeux le principal indice de richesse. Et de l’autre côté, les Russes ne se montraient pas non plus de fervents acheteurs de chevaux kazakhs.

  • 179 Vogak, 1873, p. 89.

« Les Kirghizes vendent très rarement leurs chevaux, uniquement dans des circonstances exceptionnelles et seulement à Troick, Orenbourg et Kazalinsk. Cela est dû à l’idée fausse selon laquelle ces chevaux ne seraient pas aptes au trait et au fait que leur petite taille les empêcherait de servir dans notre cavalerie »179.

  • 180 Babadzhanov, 1871.
  • 181 Bakhmet’ev, « Svedenija o konnozavodstve Turkestanskogo kraja », Zhurnal Konnozavodstva, 1870, n° 1 (...)
  • 182 Dobrosmyslov, 1895, p. 149. Le nombre de chevaux exportés de la région de Turgaj s’élève à 40 000 e (...)

104Et pourtant, dans les années 1860, la Horde intérieure kazakhe exportait 15 à 20 000 chevaux par an180. Les statistiques douanières montrent qu’entre 1853 et 1862, le département des steppes d’Orenbourg vendit entre 2 834 et 14 498 chevaux par an (7 200 en moyenne)181. La région de Turgaj exportait autour de 40 000 chevaux par an182.

  • 183 Vogak, 1873, p. 100 ; Dobrosmyslov, 1895, pp. 144-145.

105Dans les années 1890, les chevaux kazakhs étaient achetés dans les régions de Turgaj, de l’Oural, dans la Horde intérieure et ils étaient revendus aux paysans russes dans les gouvernorats de Kursk, Voronezh, Kharkov. C’étaient surtout des étalons, toisant de 1,24 à 1,50 m, vendus de 30 à 40 roubles selon la taille du lot cédée, qui représentait parfois des troupeaux entiers183.

  • 184 Dobrosmyslov, 1895, pp. 144-145 ; Khantinskij, 1903, p. 43 ; Babadzhanov, 1871, p. 28.

106Les prix dépendaient des caractéristiques de l’animal (20-25 roubles pour un cheval médiocre, 30-40 roubles pour un bon cheval, jusqu’à 80 roubles pour un trotteur et de 100 à 200 roubles pour un ambleur) ; ils variaient selon les années (15-20 roubles en 1891, 60-70 roubles en 1893), les régions (plus élevés au Nord) et s’effondraient en cas de dzhut184.

  • 185 Vogak, 1873, p. 94.
  • 186 Benkevich, 1903, p. 12.
  • 187 Obruchev, 1903, pp. 116-117.
  • 188 Journal du conseil d’administration de la région du Semirechie (section vétérinaire) sur l’évaluati (...)
  • 189 Kolososvskij, 1910, p. 88.

107Le prix des chevaux kazakhs ne semble guère avoir varié dans le dernier tiers du XIXe siècle. Dans les années 1870, il était de 35 à 100 roubles selon les clans pour un cheval ordinaire et de 150 à 300 roubles pour un cheval de course185 ; à l’aube du XXe siècle, 18-35 roubles dans la région de Semipalatinsk186, 35-50 roubles pour un cheval de trait et 75-100 roubles pour un cheval de selle dans la région de Turgaj187, 50 roubles pour un étalon et 40 roubles pour une jument ou un hongre dans le Semirechie188. En revanche, le prix moyen augmenta par la suite, s’élevant à 110-120 roubles vers 1910189.

108Ces prix fortement divergents (les meilleurs chevaux coûtent dix fois le prix des moyens) poussaient les éleveurs à se séparer de leurs meilleurs éléments, pour ne garder que les plus médiocres pour la reproduction. V. A. Kudashev raconte ainsi qu’un riche éleveur de la région d’Aktjubinsk, Mijram Dzhakandarov, vendit, en dépit de ses conseils, ses deux meilleurs étalons à un marchand pour 100 roubles chacun, en expliquant :

  • 190 Cité par Barmincev, 1958, p. 64.

« Si jamais survient un dzhut, ils seront perdus. Et chez nous, on ne paie une telle somme que pour des chevaux de course »190.

  • 191 Maslov, 1908, pp. 4-5.
  • 192 Kolosovskij, 1910, p. 56.
  • 193 Journal du conseil d’administration de la région du Semirechie (section vétérinaire) sur l’évaluati (...)
  • 194 Sh., 1877, p. 68.

109Les bons étalons turkmènes, iomoutes ou tékés virent, quant à eux, leur valeur rapidement augmenter : vendus 200 à 300 roubles dans les années 1880, ils coûtaient 500 roubles au début du XXe siècle, et plus encore pour les chevaux de course191. Le prix des karabaïrs tournait autour de 40 à 150 roubles, et jusqu’à 300192. Enfin les chevaux « améliorés » par croisement étaient vendus 150 roubles pour un étalon, 100 roubles pour une jument ou un hongre (soit près de trois fois plus cher que les chevaux « kirghizes ») dans le Semirechie193. Ces différents prix doivent être évalués en sachant que, pour la remonte de la cavalerie impériale, les prix étaient fixés à 125 ou 203 roubles (pour les régiments de la garde) en 1877194.

  • 195 Barmincev, 1958, p. 64.

110Ce commerce eut donc une double influence sur l’élevage kazakh : d’un côté, il encourageait la production par les revenus qu’il procurait et incitait à une augmentation du cheptel ; de l’autre côté, en entraînant la fuite des meilleurs reproducteurs, des chevaux les plus grands, les plus rapides et les plus forts, il provoqua une baisse de la qualité du cheptel195.

  • 196 Kolosovskij, 1910, p. 93.
  • 197 Et la grande majorité du cheptel : en 1902, sur les 743 881 chevaux que comptait la région du Semir (...)
  • 198 Dobrosmyslov, 1895, pp. 144-145 ; Obruchev, 1903, p. 117.

111Près de 300 000 chevaux étaient amenés chaque année sur la vingtaine de points de vente équine que comptait le Turkestan. À Bagir, Geokcha, Keshi, Bezmein, dans le district d’Achkhabad, à Takhta-bazar, Karakala et Pende, dans le district de Merv et à Il’jaly, au nord-ouest de Khiva, étaient majoritairement vendus des chevaux turkmènes ; à Karshi, Samarcande, Katta-Kurgan, Zaamin, Sanzar, Ura-Tjube, Tachkent, Namangan, Och, Tchust, Assake, Kani-Badam, des chevaux karabaïrs ; à Verny, Aulie-Ata, Sayram, Susamyr, Gul’cha et Alaï, des chevaux kazakhs et kirghizes196. Ces derniers formaient la grande masse de ce commerce197. Dans les foires de la Volga, ils étaient appelés « sibériens »198.

  • 199 Journal du conseil d’administration de la région du Semirechie (section vétérinaire) sur l’évaluati (...)

112Les chevaux étaient vendus dans les bazars des grandes villes, à Verny, Pichkek, Przhevalsk, Dzharkent, Kopal et Lepsinsk ainsi que dans quelques foires saisonnières qui se tenaient régulièrement : du 1er avril au 10 mai à Choshanaj, puis du 15 juin au 15 août à Karkara, dans l’arrondissement Dzharkentskij ; du 15 avril au 1er mai à Almaly, puis du 1er au 20 mai à Lugovoj, puis du 20 mai au 20 juin à Poputnoj, dans l’arrondissement Kopalskij ; du 1er mai au 15 juin à Naryn, dans l’arrondissement Lepsinskij ; du 15 septembre au 15 octobre à Atbashi, dans l’arrondissement Przhevalskij. Ils étaient ensuite transportés le long du trakt postal199.

  • 200 Dzhantjurin, 1883, p. 15.
  • 201 Belinskij, 1886a, p. 277. A. Sh. (1877, p. 94) évalue le trajet Verny-Orenbourg à 45 jours.

113Pour la zone des steppes, les foires avaient lieu de mai à octobre à Orenbourg, Troick, Khanskaja stavka, Novouzen’, Orsk, Ouralsk, Kalmykova, Kujandy, Akmolinsk, Atbasar, Irgiz, Turgaj et Petropavlovsk200. Achetés à la foire de Kujandy, les troupeaux effectuaient le trajet Pichkek-Orenbourg en un mois (en passant par Akmolinsk) afin de rejoindre la voie ferrée à Orenbourg pour ensuite gagner la Russie201. Par la suite, le Transcaspien sera construit dans la foulée de la conquête des territoires turkmènes, reliant Krasnovodsk à Samarcande en 1888, puis Tachkent en 1899 et, plus importante pour le commerce entre la Russie et l’Asie centrale, la voie Orenbourg-Tachkent ouvrira en 1905.

  • 202 Pol’ferov, 1893, p. 838. Sur quelques ruses de maquignons, cf. Vogak, 1873, p. 96 ; Kolosovskij, 19 (...)
  • 203 Maslov, 1908, p. 23.

114Sur les marchés, les Kazakhs étaient plus souvent vendeurs qu’acheteurs. Mais la vente des chevaux « kirghizes » restait, pour l’essentiel, entre les mains des maquignons. Ja. Pol’ferov regrettait que ces marchands sans scrupules, en fuyant les contrôles vétérinaires, favorisent la propagation des maladies, telles que la morve, et il souhaitait que le gouvernement russe prenne en charge ce commerce afin de favoriser l’utilisation des chevaux kazakhs par les paysans russes202. V. D. Maslov demandait également la création d’une commission d’achat pour la remonte des troupes de l’arrondissement militaire du Turkestan203.

  • 204 Projet de règlement des organes locaux participant à la fourniture de chevaux pour les populations (...)

115Un projet datant de 1904 proposait que le gouvernement russe achète des chevaux des steppes dans les gouvernements d’Astrakhan, de Tomsk, de Tobol’sk et de l’Enisej, ainsi que dans les régions d’Akmolinsk, Semipalatinsk, Semirechie, Turgaj et Oural, puis les emploie à la remonte de l’armée ou les redistribue aux paysans qui en avaient besoin en Russie européenne. Dans ce dernier cas, ce devait être des animaux aptes au travail, âgés de 4 à 9 ans, d’une taille supérieure à 1,33 m. Après inspection, ils seraient marqués et acheminés en train, par convoi de plusieurs centaines de bêtes, surveillés par des gardes (à raison de 6 hommes pour 300 chevaux)204.

Cheval turkmène

Cheval turkmène

Gravure de L. Dmitriev-Kavkazskij, tirée de son ouvrage, À travers l’Asie centrale, Saint-Pétersbourg : typographie d’E. Goppé, 1889, p. 99.

Conclusion

116Aucune étude n’a été consacrée, jusqu’alors, à l’exploitation russe des chevaux centrasiatiques. Cet aspect de la colonisation, qui peut paraître mineur, est néanmoins révélateur des enjeux majeurs qui marquent l’histoire de l’Asie centrale au tournant des XIXe et XXe siècles : la rivalité anglo-russe, la place de l’économie pastorale, la répartition des terres, les relations tripartites entre nomades, Sartes et Russes. Plus qu’un face à face entre colonisateurs et colonisés, c’est un dialogue à trois qui se joue ici, chacun des acteurs étant représenté par un type de cheval différent. Les discours russes sur l’élevage équin expriment un curieux mélange d’admiration et de mépris, d’incompréhension et de lucidité face aux pratiques indigènes. En jaugeant le cheval, c’est l’homme que l’on juge. À travers les critiques portées sur les chevaux transparaissent les clichés décrivant couramment autrui.

117Le cheval est à la fois un instrument et un objectif de la conquête coloniale. Les échanges de bêtes, les emprunts des méthodes d’élevage et les techniques équestres ont lieu dans les deux sens, occasionnant parfois un renversement du rapport entre dominant et dominé et montrant toute la complexité du lien entre colons et colonisés. Il resterait à explorer ce même thème dans d’autres empires coloniaux, en comparant l’attitude des Russes à celles des Français face aux chevaux arabes et barbes d’Afrique du Nord, afin de mieux discerner la spécificité du Turkestan en ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALEKTOROV A. E., 1888 : « Skotovodstvo Kirgizov [L’élevage chez les Kirghizes] », Orenburgskij listok [La feuille d’Orenbourg], n° 17-19.

[Anonyme], 1887 : « Zametka o konevodstve v Turkestanskom krae [Remarque sur l’élevage du cheval au Turkestan] », Zhurnal konnozavodstva, n° 2, pp. 66-68.

B., 1890 : « Stepnoe kirgizskoe konevodstvo [L’élevage du cheval dans la steppe kirghize] », Konnozavodstvo i konnevodstvo [Les haras et l’élevage équin], n° 35, pp. 554-555.

BABADZHANOV Kh. S., 1871 : « Loshadi i ikh ispytanie vo vnutrennej kirgizskoj orde [Les chevaux et les épreuves hippiques dans la horde intérieure kirghize] », Zhurnal Konnozavodstva [Le journal des haras], t. XXX, n° 5, 6 et 7, pp. 21-37, 35-48 et 63-87.

BARMINCEV Ju. N., 1958 : Èvoljucija konskikh porod v Kazakhstane. Opyt zootekhnicheskogo issledovanija problemy porodoobrazovanija [L’évolution des races équines au Kazakhstan. Essai d’étude zootechnique du problème de la formation des races], Alma-Ata : Kazgoizdat.

BARTOL’D V. V., 1963 [1927] : « Istorija kul’turnoj zhizni Turkestana [Histoire de la vie culturelle du Turkestan] », in Sochinenija [Œuvres], Moscou : Nauka, Izdatel’stvo vostochnoj literatury, t. II, ch. 1, pp. 169-433.

BEGUNOVA A. I., 1992 : Sabli ostry, koni bystry… Iz istorii russkoj kavalerii [Des sabres affilés et des chevaux rapides… Sur l’histoire de la cavalerie russe], Moscou : Molodaja gvardija.

BELINSKIJ S., 1886a : « Ob issledovanii konevodstva v Semirechenskoj oblasti i stepeni prigodnosti dlja nashej kavalerii kirgizskoj loshadi [Sur l’étude de l’élevage du cheval dans la région du Semirechie et sur le niveau d’aptitude du cheval kirghize pour notre cavalerie] », Voennyj sbornik [Recueil militaire], n° 12, pp. 270-277.

BELINSKIJ S., 1886b : « Kirgizskoe konevodstvo v Semirechenskoj oblasti [L’élevage kirghize du cheval dans la région du Semirechie] », Zhurnal konnozavodstva, n° 5, pp. 1-18.

BELINSKIJ S., 1887 : « Konevodstvo kochevnikov-kirgizov v Akmolinskoj oblasti [L’élevage du cheval chez les nomades kirghizes dans la région d’Akmolinsk] », Zhurnal konnozavodstva, n° 2, pp. 69-82.

BENKEVICH V. Ja., 1903 : « Kirgizskoe stepnoe skotovodstvo i mery k ego uluchsheniju [L’élevage du cheval dans la steppe kirghize et les mesures à prendre en vue de son amélioration] », Zapiski Semipalatinskogo podotdela Zapadno-Sibirskogo otdela IRGO, Semipalatinsk, vyp.1, pp. 11-24.

BENKEVICH V. Ja., 1905 : « Nabljudenija, materialy i zametki, sobrannye v Kirgizskoj stepi [Observations, matériaux et remarques recueillis dans la steppe kirghize] », Vestnik Obshchestvennoj Veterinarii [Le messager de la médecine vétérinaire publique], t. XVII, n° 18,19-20, 21-22 et 23, pp. 801-804, 877-880, 955-963 et 1031-1038.

BICHURIN (Iakinf) N. Ja., 1998 [1851] : Sobranie svedenij o narodakh, obitavshikh v Srednej Azii v drevnie vremena [Recueil de renseignements sur les peuples qui habitaient en Asie centrale aux temps anciens], Almaty : Zhalyn baspasy.

BORNS [BURNES] A., 1848 [I&II]-1849 [III] : Puteshestvie v Bukharu : rasskaz o plavanie po Indu ot morja do Lagora s podarkami velikobritanskogo korolja i otchet o puteshestvie iz Indii v Kabul, Tatariju i Persiju, predprinjatom po predpisaniju vysshego pravitel’stva Indii v 1831, 1832 i 1833 gg. […] [Voyage à Boukhara : récit de la navigation entreprise en Inde… et rapport sur le voyage depuis l’Inde vers Kaboul, la Tartarie et la Perse … en 1831, 1832 et 1833…], Moscou : Izdanie P.V. Golubkova.

BOTJAKOV Ju. M., 1987 : « Alaman. O meste molodezhnykh ob´´edinenij v turkmenskom obshchestve [Alaman. Sur la vengeance collective des jeunes dans la société turkmène] », Kratkoe soderzhanie dokladov sredneaziatsko-kavkazskikh chtenij, Leningrad : Nauka, pp. 15-16.

BOTJAKOV Ju. M., 1994 : Alaman. Social’no-èkonomicheskie aspekty instituta nabega u turkmen (seredina XIX-pervaja chetvert’ XX vekov) [Alaman. Aspects sociaux-économiques de l’institution du raid chez les Turkmènes (milieu du XIXe-premier quart du XXe siècle)], Avtoreferat dissertacii na soiskanie uchenoj stepeni kandidata istoricheskikh nauk (ètnografija), Saint-Pétersbourg.

DZHANTJURIN S., 1883 : Ocherki kirgizskogo konevodstva [Précis d’élevage kirghize du cheval], Orenbourg.

DITERIKHS K., 1876 : « Po povodu stat’i Gardera Kirgizskie loshadi i ikh prigodnost’ dlja kavalerii i artilerii [À propos de l’article de Garder ‘Les chevaux kirghizes et leurs aptitudes pour la cavalerie et l’artillerie’] », Zhurnal konnozavodstva, n° 2.

DITERIKHS K., 1877 : « Raz´´jasnenie stat’i K. Diterikhsa o kirgizskikh loshadjakh [Explication de l’article de K. Diterikhs sur les chevaux kirghizes] », Zhurnal konnozavodstva, n° 8, pp. 1-34.

DMITRIEV S. E., 1914 : Bajga u kirgizov po sluchaju smerti manapa Shabdana Dzhantaeva v Pishkekskom uezde [Bäjge chez les Kirghizes du district de Pichkek à l’occasion de la mort du manap Shabdan Dzhantaev], Petrograd, [Izvestija IRGO, 1912, XLVIII, vyp. VI].

DOBRZHANSKIJ F. G., 1927 : « Loshad’ kochevogo naselenija Semirech’ja [Le cheval des populations nomades de la région du Semirechie] », in F. G. DOBRZHANSKIJ, Ja. Ja. LUS et N. N. MEDVEDEV, Domashnie zhivotnye jugo-vostochnoj chasti Kazakhstana (Semirech’ja) [Les animaux domestiques du sud-est du Kazakhstan (Semirechie)], [Materialy osobogo komiteta po issledovaniju sojuznykh i avtonomnykh respublik, serija kazakhstanskaja, vyp. 8], Leningrad : Izdatel’stvo AN SSSR, pp. 16-131.

DOBROSMYSLOV A. I., 1895 : Skotovodstvo v Turgajskoj oblasti [L’élevage dans la région de Turgaj], Orenbourg : Izdanie Turgajskogo oblastnogo statisticheskogo komiteta.

FERRET C., 1997 : « Les courses de chevaux en Asie centrale », La Lettre d’Asie centrale, n° 6, pp. 8-10.

FERRET C., 2004 : « De l’attache des chevaux à la fécondation des femmes en passant par la cuisine. Quelques pistes pour l’exploration des notions altaïques de chaud et de froid », Études rurales, n° 171-172, pp. 243-270.

FERRET C., 2006a : Techniques iakoutes aux confins de la civilisation altaïque du cheval. Contribution à une anthropologie de l’action, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, Paris : EHESS, 3 vol.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

FERRET C., 2006b : « Un espace à l’aune du bétail », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, n° 36-37, 2005-2006, pp. 138-160.
DOI : 10.4000/emscat.988

FERRET C., 2008 : « Course à la mort ou quête de respectabilité : le bäjge en Asie centrale », Ethnozootechnie, n° 82, pp. 129-148.

FERRET C., 2009 : Une civilisation du cheval. Les usages de l'équidé de la steppe à la taïga, Paris : Belin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

FERRET C. et A. TOKTABAEV, 2009 : « Le choix et l'entraînement du cheval de course chez les Kazakhs », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, n° 40, en ligne http ://emscat.revues.org/
DOI : 10.4000/emscat.1577

FRIDERIKS M., 1861 : « Dzhut i buran (iz zapisok o zapadnoj Sibiri) [Le dzhut et la tempête (Notes de Sibérie occidentale)] », Russkij mir [Le monde russe], n° 96, pp. 1593-1595.

GARDER A., 1875 : « Kirgizskie loshadi i ikh prigodnosti dlja kavalerii i artilerii [Les chevaux kirghizes et leurs aptitudes pour la cavalerie et l’artillerie] », Voennyj sbornik, n° 10 et 11, pp. 212-244.

GORELOV K., 1928 : Akhal-tekinskoe konevodstvo Turkmenskoj SSR [L’élevage du cheval akhal-téké dans la République de Turkménie], Achkhabad : Izdanie narodnogo komissariata zemledelija Turk. SSR.

GUBAREV K., 1864 : « Kirgizskaja step’ (posvjashchaetsja Chokanu Valikhanovu) [La steppe kirghize (en hommage à Chokan Valikhanov)] », Sovremennik [Le contemporain], t. 102, n° 5, pp. 361-378.

KHANTINSKIJ I., 1904 : « Otchet o sostojanii konevodstva v Turgajskoj oblasti v 1901 godu [Rapport sur l’état de l’élevage du cheval dans la région de Turgaj en 1901] », Zhurnal konnozavodstva, n° 3 et 4, pp. 75-90 et 45-64.

KHANTINSKIJ I., 1903 : « Otchet o sostojanii konevodstva v Turgajskoj oblasti v 1898, 1899 i 1900 gg. [Rapport sur l’état de l’élevage du cheval dans la région de Turgaj en 1898, 1899 et 1900] », Zhurnal konnozavodstva, n° 7, pp. 1-51.

IBRAGIMOV I., 1874 : « Nekotorye zametki o khivinskikh turkmenakh i kirgizakh [Quelques remarques sur les Turkmènes et les Kirghizes de Khiva] », Voennyj sbornik, n° 9, pp. 133-163.

KAZAKHSKAJA SSR, 1988 : Kratkaja ènciklopedija v 4 tomakh [La République kazakhe. Petite encyclopédie en 4 t.], Alma-Ata.

KERIMBAEV D., 1951 : Konevodstvo v Kazakhstane [L’élevage du cheval au Kazakhstan], Alma-Ata : Kazakhskoe knizhnoe izdatel’stvo.

KOZHEVNIKOV E. V. et D. Ja. GUREVICH, 1990 : Otechestvennoe konevodstvo : istorija, sovremennost’, problemy [L’élevage du cheval en URSS : histoire, actualité, problèmes], Moscou : Agropromizdat.

KOLOSOVSKIJ V. P., 1910 : Loshadi Turkestana [Les chevaux du Turkestan], Tachkent : Izdanie Turkestanskogo obshchestva pooshchrenija konnozavodstva.

KRASOVSKIJ M., 1868 : Materialy dlja geografii i statistiki Rossii sobrannye oficerami general’nogo shtaba. Oblast’ Sibirskikh kirgizov [Matériaux pour la géographie et l’étude statistique de la Russie réunis par des officiers de l’état major. Région des Kirghizes de Sibérie], ch. 1, vol. 3, Saint-Pétersbourg.

KRIVCOV G., 1873 : « Turkestanskaja vystavka plodov i ovoshchej, konevodstvo v Kul’dzhe [Exposition de fruits et de légumes du Turkestan. L’élevage du cheval à Kouldja] », Vsemirnaja illjustracija, in Turkestanskij sbornik, recueilli par V. I. Mezhov, Saint-Péterbourg : Tipografija Ministerstva Putej Soobshchenija, 1873, t. 43, pp. 241-242.

KUZ’MIN N., 1937 : « Iomutskaja loshad’ [Le cheval iomoute] », in Konskie porody Srednej Azii [Les races de chevaux en Asie centrale], Moscou, pp. 87-132.

L. N., 1890 : « Konnozavodstvo v Turkestanskom krae [L’élevage équin des haras au Turkestan] », Konevodstvo i konnozavodstvo, n° 51, pp. 814-817.

MANSER I., 1887 : « Kirgizskaja loshad’ kak material dlja remontirovanija kavalerii [Le cheval kirghize pour la remonte de la cavalerie] », Voennyj sbornik, n° 6, pp. 229-282.

MASLOV V. D., 1908 : « Sovremennoe konevodstvo Turkestana (k voprosu o razvitii turkestanskogo konnozavodstva i konevodstva) [L’élevage actuel du cheval au Turkestan (sur la question du développement de l’élevage équin et des haras au Turkestan)] », Turkestanskie vedomosti [Bulletins turkestanais], n° 23, pp. 95-96.

MESERVE R. I., 1990 : « Some Remarks on the Turkmen Horse », in D. SINOR (ed.), Aspects of Altaic Civilization III. Proceedings of the Thirtieth Meeting of the PIAC, Bloomington : Indiana University, Research Institute for Inner Asian Studies, pp. 127-141.

MIDDENDORF A. F., 1882 : Ocherki Ferganskoj doliny [Précis sur la vallée du Ferghana], Saint-Pétersbourg : Imperatorskaja Akademija Nauk.

N. V., 1873 : « O stroevoj vyezdke tabunnykh loshadej [Sur le dressage d’armes des chevaux élevés en troupeaux] », Voennyj sbornik, septembre, pp. 101-106.

OBRUCHEV N. A., 1903 : « Konevodstvo v Turgajskoj oblasti [L’élevage du cheval dans la région de Turgaj] », Voennyj sbornik, n° 3, pp. 106-123.

PLESHCHEEV P., 1904 : « Kirgizskoe stepnoe konevodstvo v Semipalatinskoj oblasti [L’élevage du cheval dans la steppe kirghize de la région de Semipalatinsk] », Zhurnal konnozavodstva, n° 1, pp. 56-74.

POLFEROV Ja., 1890 : « Skachki u kirgiz Turgajskoj oblasti [Les courses kirghizes dans la région de Turgaj] », Konnozavodstvo i konevodstvo [Les haras et l’élevage équin], n° 46 et 47, pp. 733-734 et 747-748.

POLFEROV Ja., 1893 : « Uluchshenie krest’janskogo konevodstva loshad’mi kirgizskoj porody [L’amélioration de l’élevage paysan équin par des chevaux de race kirghize] », Konnozavodstvo i konevodstvo [Les haras et l’élevage équin], n° 39.

ROGALEVICH M. I., 1937 : « Karabairskaja loshad’ [Le cheval karabaïr] », in Konskie porody Srednej Azii [Les races de chevaux en Asie centrale], Moscou, pp. 133-194.

SH. A., 1877 : « Kirgizskaja loshad’ v Semirech’e i Kul’dzhe [Le cheval kirghize au Semirechie et à Kouldja] », Voennyj sbornik, n° 9, pp. 65-95.

SADOVNIKOV, 1891 : « Zhivotnovodstvo v svjazi s civilizaciej narodov [L’élevage des animaux et la civilisation des peuples] », Zhurnal Konnozavodstva, n° 2, pp. 1-12.

SHUMKOV I., 1892 : « Ocherk kirgizskogo konevodstva v Turgajskoj oblasti [Précis d’élevage kirghize du cheval dans la région de Turgaj] », Sel’skoe khozjajstvo i lesovodstvo [L’agriculture et la sylviculture], t. CLXIX, n° 4, 5 et 7, pp. 317-345, 1-23 et 283-310.

TERESHCHENKO A., 1853 : « Sledy desht-kipchaka i vnutrennjaja kirgiz-kajsackaja orda [L’empreinte des Desht Qipchaqs et la horde intérieure kirghize-kaïssak] », Moskvitjanin [Le Moscovite], kn. 2, otd. VII, n° 22, pp. 53-75.

TOKTABAEV A., 1992 : Konevodstvo kazakhov v XIX-nachale XX vv. (istoriko-ètnograficheskoe issledovanie) [L’élevage du cheval chez les Kazakhs au XIXe et au début du XXe siècle. Recherche historico-ethnographique)], Avtoreferat dissertacii na soiskanie uchenoj stepeni kandidata istoricheskikh nauk (ètnografija), Alma-Ata.

VELIKOSLAVCEV P., 1871 : « Vzgljad na sredne-aziatskoe konevodstvo [Regard sur l’élevage centrasiatique du cheval] », Zhurnal Konevodstva, t. XXX, n° 9, pp. 7-28.

VITT V. O., 1937 : « Rol’ turkmenskoj i arabskoj loshadi v istorii konevodstva i konnozavodstva Zapadnoj Evropy i Rossii s XVI po XIX v. [Le rôle du cheval turkmène et du cheval arabe dans l’histoire de l’élevage équin en Russie et en Europe occidentale entre le XVIe et le XIXe siècle] », in Konskie porody Srednej Azii [Les races de chevaux en Asie centrale], Moscou, pp. 33-47.

VITT V. O., 1952a : Iz istorii russkogo konnozavodstva. Sozdanie novykh porod loshadej na rubezhe XVIII-XIX stoletij [Sur l’histoire des haras russes. La création de nouvelles races de chevaux au tournant des XVIIIe et XIXe siècles], Moscou : Gosudarsvennoe izdatel’stvo sel’skokhozjajstvennoj literatury.

VITT V. O., 1952b : « Loshadi pazyrykskikh kurganov [Les chevaux des kourganes de Pazyryk] », Sovetskaja arkheologija [Archéologie soviétique], t. 16, pp. 163-205.

VOGAK S., 1873 : « Kirgizskaja loshad’ [Le cheval kirghize] », Voennyj sbornik, n° 9, pp. 87-100.

VORONCOV-DASHKOV [Graf], 1890 : « Cirkuljar po glavnomu upravleniju gosudarstvennogo konnozavodstva [Circulaire de la direction générale des haras d’État] », Konnozavodstvo i konevodstvo [Les haras et l’élevage équin], n° 36, p. 570.

Haut de page

Annexe

Abréviations

AN – Akademija nauk [Académie des sciences]

IRGO – Imperatorskoe russkoe geograficheskoe obshchestvo [Société russe impériale de géographie]

PIAC – Permanent International Altaistic Conference

SSSR – Sojuz sovetskikh socialisticheskikh respublik [Union des républiques socialistes soviétiques]

gos. – gosudarstvennyj [d’ État]

izd. – izdatel’stvo [édition]

vyp. – vypusk [volume]

CGA RUz – Central’nyj gosudarstvennyj arkhiv respubliki Uzbekistan / O‘zbek Respublikasi Markaziy Davlat Arxivi [Archives centrales d’État de la République d’Ouzbékistan]

Archives

CGARUz fond I-78, Upravljajushchij veterinarnoj chast’ju grazhdanskogo vedomstva v Turkestanskom krae (1901-1909 gg.) [Directeur de la section vétérinaire du département civil au Turkestan (1901-1909)].

CGARUz fond 184, Glavnoe upravlenie gosudarstvennogo konnozavodstva pri narodnom kommissariate zemledelija Turkestanskoj ASSR (1918-1924 gg.) [Direction générale des haras d’État auprès du commissariat du peuple à l’agriculture de la République socialiste soviétique autonome du Turkestan (1918-1924)].

Haut de page

Notes

1 Au XIXe siècle, les Russes appelaient les Kazakhs actuels « Kirghizes-Kaïssaks », ou bien simplement « Kirghizes », et les Kirghizes actuels « Kara-Kirghizes ». Je laisserai ces dénominations telles quelles dans les citations que je traduis, mais le lecteur devra garder à l’esprit que, bien souvent, lorsque ces auteurs disent « kirghize », il faut entendre « kazakh ».

2 Vitt, 1952a.

3 Sh., 1877, p. 68 ; Kozhevnikov et Gurevich, 1990, pp. 56-57.

4 Rapport à l’Empereur du directeur des Haras, le prince N. Shcherbatov, daté du 14.12.1913 et Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, ll. 3-4, 31 ; Kozhevnikov et Gurevich, 1990, p. 58.

5 Manser, 1887, pp. 247-249 ; Dobrosmyslov, 1895, pp. 158, 163.

6 Trakt : grand-route, voie postale.

7 Maslov, 1908, pp. 17-18 ; Kolosovskij, 1910, p. 97.

8 [Anonyme], 1887, pp. 67-68.

9 Manser, 1887, p. 257 ; Toktabaev, 1992, p. 5.

10 B., 1890, p. 555 ; Dobrosmyslov, 1895, p. 163 ; Barmincev, 1958, p. 169.

11 Voroncov-Dashkov, 1890, p. 570.

12 Barmincev, 1958, p. 118.

13 Krivcov, 1873, pp. 241-242. Citation aimablement fournie par S. Gorshenina.

14 Renseignements sur l’histoire des haras au Turkestan, par le directeur du haras de Tachkent, K. Chackin, juin 1919 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 4, l. 2 ; Maslov, 1908, p. 8 ; Kolosovskij, 1910, p. 96.

15 Belinskij, 1886a, p. 273 ; Belinskij, 1886b, pp. 14-15.

16 Requête de V. A. Pjanovskij auprès du commissaire militaire des Haras du Turkestan, Ja. I. Udris : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 54, l. 507.

17 Dobrosmyslov, 1895, p. 167.

18 Dzhantjurin, 1883, pp. 52-53 ; Maslov, 1908, p. 14.

19 Barmincev, 1958, p. 170.

20 Dobrosmyslov, 1895, p. 162.

21 Cf. Voroncov-Dashkov (1890, p. 570) qui ne reconnaît pas cet échec et présente cette décision comme une réponse au bon comportement des éleveurs kazakhs.

22 Dobrosmyslov, 1895, p. 166. Les éleveurs turco-mongols ne coupent jamais les crins des étalons reproducteurs autrement que par provocation, car ils jugent ce traitement infamant.

23 Barmincev, 1958, p. 170.

24 Dobrosmyslov, 1895, p. 164.

25 Barmincev, 1958, p. 170.

26 Dobrosmyslov, 1895, p. 166.

27 Benkevich, 1905, n° 19-20, p. 877.

28 La horde de Bökej (Bukej en russe), appelée horde intérieure à partir de 1845, a été formée après qu’un groupe de Kazakhs de la Petite horde a migré sur un territoire situé entre l’Oural et la Volga.

29 Babadzhanov, 1871, pp. 25-26.

30 Sh., 1877, p. 65.

31 Rapport à l’Empereur du directeur des Haras, par le prince N. Shcherbatov, daté du 14.12.1913 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, ll. 6-12.

32 Renseignements sur l’histoire des haras au Turkestan, par le directeur du haras de Tachkent, K. Chackin, juin 1919 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 4, l. 2.

33 Belinskij, 1886a, p. 275.

34 Kozhevnikov et Gurevich, 1990, p. 57, citant A. F. Basov, Donskaja loshad’, Moscou, 1935, p. 14.

35 Sh., 1877, pp. 68-69 ; Manser, 1887, pp. 256-257 ; Belinskij, 1886a, p. 274.

36 Barmincev, 1958, p. 118. Cette estimation du cheptel kazakh date de 1916 (Kazakhskaja SSR, 1988, vol. II, p. 280).

37 Velikoslavcev, 1871, pp. 16-17.

38 Benkevich (1903, p. 19) estime qu’il faut multiplier par dix les chiffres fournis par les éleveurs pour s’approcher de la vérité.

39 Dzhantjurin, 1883, pp. 13-14. Selon Kolosovskij (1910, p. 95) on compte 2 à 17 chevaux pour 100 habitants en Europe occidentale et au Turkestan, 70.

40 Maslov, 1908, p. 3 ; Botjakov, 1987 ; Botjakov, 1994 ; Meserve, 1990, pp. 130, 135-136.

41 Velikoslavcev, 1871, pp. 18-19.

42 Dzhantjurin, 1883, pp. 25, 37-38 ; Toktabaev, 1992, p. 5.

43 Belinskij, 1886a, p. 276 ; Belinskij, 1887, p. 81 ; Toktabaev, 1992, p. 5.

44 Dzhantjurin, 1883, pp. 41-42.

45 Dobrosmyslov, 1895, p. 135, citant et approuvant I. V. Shumkov (1892). Voir aussi Kolosovskij, 1910, p. 84.

46 Télégraphe de Kuropatkin, général-gouverneur du Turkestan, au directeur des Haras, P. A. Stakhovich, daté du 22.1.1917 : CGA RUz, f. 184, op.1 d. 1, l. 108.

47 Belinskij, 1887, p. 82.

48 B., 1890, p. 554 ; Kozhevnikov et Gurevich, 1990, p. 57.

49 Dzhantjurin, 1883, p. 1 ; Manser, 1887, p. 257 ; Barmincev, 1958, p. 118.

50 Belinskij, 1886b, p. 1.

51 L., 1890, p. 816. C’est moi qui souligne.

52 Rapport à l’Empereur du directeur des Haras, par le prince N. Shcherbatov, daté du 14.12.1913 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, ll. 6-12.

53 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 8.

54 Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 30.

55 Vitt, 1952b, pp. 168-169.

56 Krasovskij, 1868, p. 300.

57 Alektorov, 1888, p. 67.

58 Dzhantjurin, 1883, pp. 24-25.

59 Dzhantjurin, 1883, p. 44. Pour l’extérieur du cheval kazakh de la région d’Akmolinsk, cf. Belinskij, 1887, pp.70-71 ; pour celui de la région de Semipalatinsk, cf. Pleshcheev, 1904, p. 57 ; pour celui de la région du Semirechie, cf. Belinskij, 1886a, p. 271, et Belinskij, 1886b, pp. 5-6 ; pour celui de Turgaj, cf. Obruchev, 1903, p. 112. Voir aussi Sh., 1877, pp. 73-76 ; Kolosovskij, 1910, pp. 65-66.

60 Babadzhanov, 1871, p. 67.

61 Dans l’ensemble de la zone comme à l’intérieur de plusieurs régions, telles celle d’Akmolinsk, cf. Belinskij, 1887, p. 70.

62 Maslov, 1908, pp. 1-2.

63 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 9.

64 Maslov, 1908, p. 2.

65 Belinskij, 1886b, p. 7 ; Pleshcheev, 1904, p. 58. Les Sartes sont les sédentaires d’Asie centrale, ouzbeks ou tadjiks.

66 Begunova, 1992, p. 185. En 1914, on reviendra à des régiments de cavalerie aux robes uniformes (ibid. p. 209).

67 Babadzhanov, 1871, pp. 29-32, 67. Pour Kolosovskij (1910, p. 54) les qazanat sont précisément des karabaïrs.

68 Dzhut : mot russe d’origine turque (en kirghize zhut ; en kazakh zhut) qui désigne une disette, la décimation du bétail à la suite de mauvaises conditions climatiques (en particulier verglas, mais aussi sécheresse, neige épaisse ou tempêtes) nuisant au pacage hivernal.

69 Dzhantjurin, 1883, p. 47 ; Manser, 1887, pp. 238-240 ; Belinskij, 1887, p. 74 ; Shumkov, 1892, pp. 326-327, 341 ; Obruchev, 1903, p. 119 ; Maslov, 1908, p. 6.

70 Sh., 1877, p. 76 ; Belinskij, 1886b, p. 8 ; Belinskij, 1887, p. 272 ; Dobrosmyslov, 1895, pp. 135-136 ; Obruchev, 1903, p. 114 ; Kolosovskij, 1910, pp. 72-73, 82.

71 Pol’ferov, 1893, p. 838.

72 Frideriks, 1861, p. 1594 ; Vogak, 1873, p. 99 ; Garder, 1875, p. 212 ; Sh., 1877, pp. 70-71 ; Belinskij, 1886a, p. 273 ; Kolosovskij, 1910, p. 67.

73 Diterikhs, 1877, pp. 28-29.

74 Pol’ferov, 1893, pp. 837-838.

75 Tereshchenko, 1853, p. 65.

76 Garder, 1875, pp. 216-217.

77 Pour Manser, 1887, pp. 278-279, cette incapacité au trait s’explique par la constitution osseuse de l’avant-main du cheval kazakh, car le collier ne repose pas pleinement sur les épaules et manque de points d’appui, ce qui nuit à l’efficacité de la traction.

78 Babadzhanov, 1871, p. 32.

79 Une verste : 1,067 km.

80 Sotnja : centaine, escadron cosaque.

81 Esaul [Essaoul] : capitaine cosaque.

82 Vogak, 1873, pp. 96-98 ; Garder, 1875, pp. 212-215 ; Dzhantjurin, 1883, pp. 25-33. Voir aussi Sh., 1877, p. 71.

83 Bichurin, 1998 [1851], partie III, t. 2, p. 153. Voir aussi Borns, 1848, p. 381 ; Middendorf, 1882, pp. 270-271, 273-274, pour l’explication de la « sueur de sang ».

84 Kolosovskij, 1910, p. 133. Ibragimov (1874, pp. 157-158) décrit les soins attentifs dont les Turkmènes entourent leurs chevaux.

85 Barmincev, 1958, p. 27.

86 Maslov, 1908, p. 3.

87 Kolosovskij, 1910, p. 41 sqq., pour une description de leur extérieur.

88 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 8. Cf. Gorelov, 1928, pp. 15-16.

89 Vitt, 1937, pp. 46-47.

90 Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 33.

91 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 8. Cf. Maslov, 1908, pp. 10-11.

92 Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 36.

93 Lettre de P. Stakhovich, directeur des Haras, au général-gouverneur du Turkestan, le général Kuropatkin, datée du 18.8.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1.

94 Maslov, 1908, pp. 3-4 ; Kolosovskij, 1910, p. 51.

95 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 10. Les Russes transformaient le nom de ces nomades en « Iomoudes ».

96 Kuz’min, 1937, pp. 106-107. Voir aussi Ibragimov (1874, pp. 158-159) pour une classification plus subtile.

97 Rogalevich, 1937, p. 134.

98 Rapport de la Direction des Haras en date du 1.6.1914 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 8. Voir aussi Middendorf, 1882, pp. 276-277 ; Dzhantjurin, 1883, p. 50 ; Maslov, 1908, p. 11 ; Kolosovskij, 1910, pp. 54-56.

99 Maslov, 1908, pp. 2-3.

100 B., 1890, p. 555.

101 Belinskij, 1887, p. 79 ; Manser, 1887, p. 251. La bride complète comprend deux mors : un mors de filet et un mors de bride. Le premier agit simplement sur les commissures des lèvres ; le second agit par pression sur les barres (gencives) et a un puissant effet de levier. Les Kazakhs montent toujours en filet simple.

102 Begunova, 1992, pp. 183-185.

103 Garder, 1875, p. 238.

104 Dobrosmyslov, 1895, p. 82.

105 Obruchev, 1903, p. 112.

106 Ja. Pol’ferov, cité par Dobrzhanskij, 1927, p. 26.

107 Garder, 1875, p. 212. De même, A. Sh., frappé par « les qualités idéales du cheval kirghize » (1877, p. 70), le définit comme « l’idéal du cheval militaire, au sens le plus large » (p. 90).

108 Qu’ils le jugent apte ou non au service militaire, les auteurs donnent généralement la préférence au cheval des montagnes : Sh., 1877, pp. 72, 81 ; Belinskij, 1886b, pp. 3-4 ; Pleshcheev, 1904, p. 57 ; Kolosovskij, 1910, pp. 69-70.

109 Diterikhs, 1876 ; Diterikhs, 1877.

110 Diterikhs, 1877, p. 31.

111 Maslov, 1908, p. 4.

112 Babadzhanov, 1871, pp. 33-37 ; Belinskij, 1886a, p. 272 ; Manser, 1887, pp. 251, 272-273 ; Khantinskij, 1903, p. 47 ; Khantinskij, 1904, p. 56 ; Pleshcheev, 1904, p. 71.

113 Lettre du général-gouverneur du Turkestan, A. Kuropatkin, au directeur des Haras, P. A. Stakhovich, datée du 12.12.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 107.

114 Velikoslavcev, 1871, pp. 20-21 ; Garder, 1875, p. 227 ; Dzhantjurin, 1883, pp. 38-40 ; Kolososvkij, 1910, p. 125.

115 Vogak, 1873, pp. 98-99.

116 Garder, 1875, p. 218.

117 Ibidem, p. 238.

118 Les Haras nationaux français fixent la limite à 1,47 m pour distinguer les poneys des chevaux, soit bien au-dessus de la taille moyenne des chevaux kazakhs.

119 Manser (1887, p. 243) remarque à juste titre que, sur cette question, les spécialistes en arrivent à des conclusions diamétralement opposées.

120 Shumkov, 1892, p. 344 ; Dobrosmyslov, 1895, pp. 157-158.

121 Velikoslavcev, 1871, p. 13 ; Belinskij, 1886a, p. 274 ; Belinskij, 1887, p. 77.

122 Manser, 1887, pp. 236-237.

123 Velikoslavcev, 1871, p. 17 ; Sh., 1877, p. 93 ; Dzhantjurin, 1883, p. 56 ; Belinskij, 1887, p. 78 ; Pleshcheev, 1904, p. 73.

124 Sadovnikov, 1891, p. 2.

125 Ibidem, p. 10.

126 Vogak, 1873, p. 100.

127 Manser, 1887, pp. 276-277 ; Barmincev, 1958, p. 119. Voir aussi Pleshcheev, 1904, pp. 72-73.

128 Kerimbaev, 1951, pp. 95-96. Cette politique mènera à la création, en 1951, d’une race de chevaux appelée Kustanaj.

129 Barmincev, 1958, pp. 65-67, 71, 141-142.

130 Belinskij, 1887, p. 72.

131 Voroncov-Dashkov, 1890, p. 570. Voir aussi Babadzhanov, 1871, p. 21.

132 Manser, 1887, p. 276 ; Maslov, 1908, p. 14.

133 Barmincev, 1958, p. 150. Quatre de ces étalons du Don sont restés célèbres : Zabavnik, Zapros, Zeves et Zimar’.

134 Dzhantjurin, 1883, pp. 46-49 ; Barmincev, 1958, p. 155.

135 Maslov, 1908, p. 16.

136 Belinskij, 1886a, pp. 273-274.

137 Rapport du directeur du haras du Syr Darya au major général Susanin, membre du conseil des Haras, daté du 6.2.1917 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1.

138 Lettre du général-gouverneur du Turkestan, A. Kuropatkin, au directeur des Haras, P. A. Stakhovich, datée du 12.12.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 107. C’est moi qui souligne.

139 Bartol’d, 1963 [1927], p. 414.

140 Belinskij (1886b, p. 6) et Khantinskij (1904, pp. 57, 59) partagent le même avis.

141 Krasovskij, 1868, p. 300 ; Vogak, 1873, p. 100 ; Pleshcheev, 1904, p. 73.

142 Dzhantjurin, 1883, p. 45.

143 Maslov, 1908, pp. 5-6. Manap : notable kirghize cumulant des pouvoirs exécutifs, judiciaires, militaires et économiques.

144 Ibidem, pp. 4-5, 6-7 ; Gorelov, 1928, p. 7.

145 Krivcov, 1873, pp. 241-242.

146 Lettre du général-gouverneur du Turkestan, A. Kuropatkin, au directeur des Haras, P. A. Stakhovich, datée du 12.12.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1.

147 Dzhantjurin, 1883, pp. 62-67 ; Obruchev, 1903, p. 121 ; Maslov, 1908, p. 13 ; Kolosovskij, 1910, p. 131.

148 Dzhantjurin, 1883, pp. 41-42. Voir aussi Sh., 1877, p. 90.

149 Velikoslavcev, 1871, p. 16 ; Vogak, 1873, p. 98.

150 N., 1873, pp. 101-102.

151 Schenkel (allemand) : technique d’équitation où la maîtrise du cheval se base principalement sur des effets de jambes, à savoir des pressions du mollet sur toute sa longueur, du genou au pied, derrière la sangle.

152 Velikoslavcev, 1871, pp. 14-15, 21. Voir aussi Obruchev, 1903, p. 122.

153 La mise en main est l’attitude du cheval soumis, qui, rênes tendues et dans l’impulsion, fléchit sa nuque – fermant l’angle tête-encolure – et décontracte sa mâchoire, prêt à obéir aux indications de la main du cavalier.

154 Barmincev, 1958, p. 95.

155 Velikoslavcev, 1871, pp. 17-18.

156 Ibidem, pp. 18-19.

157 Rapport à l’Empereur du directeur des Haras, le prince N. Shcherbatov, daté du 14.12.1913 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, ll. 4-5.

158 Journal de la conférence sur l’élevage équin au Turkestan menée à la Direction des Haras les 3-4.2.1916 : CGA RUz, f. 184, op. 1, d. 1, l. 32.

159 Ferret, 1997 ; eadem, 2008.

160 Pol’ferov 1890, pp. 733-734 ; Kolosovskij, 1910, pp. 114 et sqq.

161 Dzhantjurin, 1883, p. 56 ; Kolosovskij, 1910, p. 110.

162 Babadzhanov, 1871, p. 84 ; Kolosovskij, 1910, p. 117.

163 Babadzhanov, 1871, p. 47.

164 Kolosovskij, 1910, p. 118.

165 L., 1890, p. 816.

166 Ferret et Toktabaev, 2009.

167 Babadzhanov, 1871, p. 85.

168 Ibidem, p. 78.

169 Vogak, 1873, p. 93. Pour une présentation de ces méthodes : Ferret, 2006a, pp. 609-620.

170 Babadzhanov, 1871, pp. 35-48 ; Gubarev, 1864, p. 372.

171 Dobrosmyslov, 1895, pp. 129-132, citant Medvedskij, Otchet po komandirovke v 1884 godu v kirgizskie stepi dlja issledovanija konevodstva, 1885.

172 Ibidem.

173 Pol’ferov, 1890, p. 734.

174 Selon Dzhantjurin (1883, p. 31) les premiers parcouraient 20 verstes à la vitesse moyenne de 38 km/h, le record étant de 46 km/h.

175 Barmincev, 1958, pp. 108-109.

176 Dobrosmyslov, 1895, p. 132.

177 Dmitriev, 1914, p. 12.

178 C’était aussi le cas des Turkmènes, bien que le statut du cheval soit tout autre chez eux : Ibragimov, 1874, p. 158.

179 Vogak, 1873, p. 89.

180 Babadzhanov, 1871.

181 Bakhmet’ev, « Svedenija o konnozavodstve Turkestanskogo kraja », Zhurnal Konnozavodstva, 1870, n° 1, cité par Barmincev, 1958, p. 63.

182 Dobrosmyslov, 1895, p. 149. Le nombre de chevaux exportés de la région de Turgaj s’élève à 40 000 en 1898 ; 30 000 en 1899 (Khantinskij, 1903, p. 45) ; 45 000 en 1900 (Obruchev, 1903, p. 112) et 25 000 en 1901 (Khantinskij, 1904, p. 49).

183 Vogak, 1873, p. 100 ; Dobrosmyslov, 1895, pp. 144-145.

184 Dobrosmyslov, 1895, pp. 144-145 ; Khantinskij, 1903, p. 43 ; Babadzhanov, 1871, p. 28.

185 Vogak, 1873, p. 94.

186 Benkevich, 1903, p. 12.

187 Obruchev, 1903, pp. 116-117.

188 Journal du conseil d’administration de la région du Semirechie (section vétérinaire) sur l’évaluation des chevaux, daté du 27.8.1903 : CGA RUz, f. I-78, op. 1 d. 189, l. 3.

189 Kolososvskij, 1910, p. 88.

190 Cité par Barmincev, 1958, p. 64.

191 Maslov, 1908, pp. 4-5.

192 Kolosovskij, 1910, p. 56.

193 Journal du conseil d’administration de la région du Semirechie (section vétérinaire) sur l’évaluation des chevaux, daté du 27.8.1903 : CGA RUz, f. I-78, op. 1, d. 189, l. 3.

194 Sh., 1877, p. 68.

195 Barmincev, 1958, p. 64.

196 Kolosovskij, 1910, p. 93.

197 Et la grande majorité du cheptel : en 1902, sur les 743 881 chevaux que comptait la région du Semirechie, 89 % étaient « kirghizes ».

198 Dobrosmyslov, 1895, pp. 144-145 ; Obruchev, 1903, p. 117.

199 Journal du conseil d’administration de la région du Semirechie (section vétérinaire) sur l’évaluation des chevaux, daté du 27.8.1903 : CGA RUz, f. I-78, op. 1, d. 189, l. 3.

200 Dzhantjurin, 1883, p. 15.

201 Belinskij, 1886a, p. 277. A. Sh. (1877, p. 94) évalue le trajet Verny-Orenbourg à 45 jours.

202 Pol’ferov, 1893, p. 838. Sur quelques ruses de maquignons, cf. Vogak, 1873, p. 96 ; Kolosovskij, 1910, pp. 88 et sqq.

203 Maslov, 1908, p. 23.

204 Projet de règlement des organes locaux participant à la fourniture de chevaux pour les populations agricoles des gouvernements intérieurs de l’Empire ayant besoin de remonte : CGA RUz, f. I-78, op. 1, d. 152, ll. 66-72. Voir aussi Khantinskij, 1903, p. 41.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Course kazakhe à la chèvre (Kökpar, « jeu d’arrache-bouc »), années 1910.
Crédits Vidy Turkestana [Vues du Turkestan], album compilé par le photographe amateur Valent Aleksandrovich Presvjatskij, responsable de cadastre au Turkestan russe dans les années 1910. © Svetlana Gorshenina.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/1206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Cheval turkmène
Crédits Gravure de L. Dmitriev-Kavkazskij, tirée de son ouvrage, À travers l’Asie centrale, Saint-Pétersbourg : typographie d’E. Goppé, 1889, p. 99.
URL http://asiecentrale.revues.org/docannexe/image/1206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Ferret, « Des chevaux pour l’empire », Cahiers d’Asie centrale, 17/18 | 2009, 211-253.

Référence électronique

Carole Ferret, « Des chevaux pour l’empire », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 17/18 | 2009, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 28 mai 2016. URL : http://asiecentrale.revues.org/1206

Haut de page

Auteur

Carole Ferret

Carole Ferret, docteur en ethnologie et en anthropologie sociale, chercheur à l’Institut Français d’Études sur l’Asie centrale (Tachkent) et chercheur affilié au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (Paris). Elle est l’auteur d’un livre (Ferret 2009), tiré d’une partie de sa thèse intitulée Techniques iakoutes aux confins de la civilisation altaïque du cheval. Contribution à une anthropologie de l’action (EHESS, Paris, 2006), ainsi que de plusieurs articles.
caroleferret@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org