Navigation – Plan du site
III. Actualité de la recherche
B. Comptes-rendus

Nizam Habibullaevič Nurdžanov, Tradicionnyj teatr tadžikov [Le théâtre traditionnel des Tadjiks]

Douchanbe, Mir Putešestvij, 2002, t. 1 (372 p.), t. 2 (330 p.)
Cloé Drieu et Muhayo Isakova
p. 366-368
Référence(s) :

Nizam Habibullaevič Nurdžanov, Tradicionnyj teatr tadžikov. Douchanbe, Mir Putešestvij, 2002, t. 1 (372 p.), t. 2 (330 p.)

Texte intégral

1Publié avec le soutien de l’Aga Khan Humanities Project, le livre de Nizam Nurdžanov, est un ouvrage fondamental consacré à l’histoire du « théâtre » dans une acception très large qu’il faut plutôt comprendre comme « l’art de la performance » en général. Cette étude des différents arts de la performance, depuis ses origines jusqu’au début du XXe siècle, dépasse le cadre du Tadjikistan actuel (le titre pourrait nous induire en erreur) et englobe un large territoire qui va du Khorezm au Badakhshan, en passant par Boukhara, le Kashkadaria et le Surkhandaria, le Kulab, etc… Se basant sur de précieuses données ethnographiques, archéologiques et artistiques, l’ouvrage se divise en deux tomes (de 4 et 7 chapitres respectivement). Dans l’introduction (tome 1), l’auteur fonde l’actualité de sa recherche, donne des considérations sur les sources de la naissance du théâtre tadjik et analyse en détail sa diversité. Dans le premier chapitre Teatr tysjačeletnih tradicij [Le théâtre des traditions millénaires], sur la base de sources archéologiques ou écrites, l’auteur découvre un large panorama de la culture théâtrale traditionnelle. Le deuxième chapitre Narodnaja zreliščnaja kul’tura [La culture visuelle populaire] apporte de nombreuses informations relatives aux fêtes, aux compétitions sportives, aux jeux, aux représentations théâtrales ou au cirque qui ont lieu lors des fêtes populaires. Chaque divertissement est analysé selon ses spécificités et selon le moment de l'année où il a lieu. Pour compléter la description, certains textes de chansons, collectés lors de telle ou telle fête, sont cités. Le troisième chapitre Teatr pantomimy est consacré à la pantomime, qui est décrite comme une forme ancienne de théâtre. Les caractéristiques de la pantomime sont étudiées selon leurs techniques d'interprétation, ou classées en fonction de leur contenu. Ce chapitre se différencie des autres par ses nombreuses illustrations (photographies et dessins). Le quatrième chapitre Teatr tanca [Le théâtre dansé] est consacré à la danse tadjike qui reflète les us et coutumes ou d’autres aspects de l’univers spirituel ou national du peuple. On trouve dans ce chapitre une analyse des genres variés de la danse nationale.

2Le second tome de cette monographie est consacré, dans une large mesure, à la place de prestation musicale dans le théâtre. La performance scénique du chanteur ou de la chanteuse de Šašmaqom (tradition classique), de Mavregî (cycle de chansons populaires particulier à la ville de Boukhara) est abordée brièvement, mais c’est surtout la musique comme accompagnement de la représentation théâtrale qui est un objet d’étude important de ce deuxième tome. Le premier chapitre du second tome ou 5ème chapitre de l’ouvrage, intitulé Teatr pesni [Le théâtre des chants], décrit les différents types de chants (dansés, dialogués, théâtralisés…) et analyse les nombreuses figures du chanteur (ou chanteuse) populaires ou classiques (mavregikhan, shashmaqam). Le chapitre 6 intitulé Narodnye musykal’no-dramatičeskie predstavlenija [les représentations dramatico-musicales populaires]décrit trois pièces représentatives de ce répertoire : Bobopirak [Le vieil homme], Qalandarbozî [Les Qalandar] et Mughulbozî [Le Mongol]. La prestation est accompagnée par un ou plusieurs instruments comme le doyra [tambourin], le daff [grand tambour sur cadre] ou le dombra [petit luth à deux cordes]. La musique est un élément central de ce type de performance.

3Le musicien est parfois aussi acteur. L’auteur présente plusieurs variantes de ces mêmes pièces selon les régions, et il ne présente pas seulement le contenu de ces pièces et leurs variantes, mais également « l’envers du décor » comme le choix des acteurs, la confection des masques ou des costumes… Dans le chapitre 7 Teatr mysli, slova i čuvstv [Le théâtre du sens, des mots et sentiments] l’auteur se consacre à une étude des prestations solistes non-musicales et présente l’art des conteurs (avsunagu, matalgu…), des conteurs comiques, féeriques ou sarcastiques (en russe rasskazčik et en tadjik naqli xondaovar, naqli ajoib, širinkor…) et les conteurs épiques ou mystiques (sijarxon).

4Le chapitre 8, Truppa muzykantov i artistov kukol’nogo teatra [La troupe de musiciens et d’artistes du théâtre de marionnettes], est consacré au théâtre de marionnettes : čodirxajol (marionnettes suspendues à un fil devant un grand rideau), čodiri dasti et zočai dasti (théâtre de marionnettes avec ou sans rideau). Enfin, un long chapitre est consacré à la mascarade, interprété par des hommes (masxaraboz en tadjik) ou par des femmes (zanaki šûx, bozingar, usulčî ou zani masxaraboz). Le répertoire du théâtre de mascarade est abordé en détail et de nombreuses pièces sont citées et classées par thème (agriculture, artisanat, vie conjugale, mariage, religion…). L’aspect artistique est également très largement étudié (improvisation, technique de jeu, costumes et maquillage, masques, décors…). Dans la dernière partie du chapitre, sont dressés les portraits de masxaraboz célèbres. Les deux derniers chapitres (9 et 10) font office de conclusion et replacent le « théâtre tadjik » dans un contexte plus large, citant rapidement les influences que les pays proches ont eues. L’ouvrage s'achève par un lexique précieux des termes tadjiks employés.

5La monographie de Nizam Nurdžanov est excessivement riche. Cependant, il n’est pas toujours possible d’accepter certaines considérations faites par l’auteur comme, par exemple, celles qui sont relatives à l’ethnogenèse des peuples centre-asiatiques. Par exemple, dans le premier chapitre du travail, il remarque que le zoroastrisme a fait d’abord son apparition en Bactriane, c’est-à-dire sur les territoires actuels du sud du Tadjikistan et du nord de l’Afghanistan. Or, dans la composition du territoire de Bactriane l’auteur n’inclut pas le sud de l’Ouzbékistan actuel, où dans les sites archéologiques de Dalvarzintepe, Kampirtepe, Kholtchayan et Fayaztepe ont été découverts des sources attestant le développement d’une culture musicale et d’un art théâtral et représentatif. Dans l’ensemble, créé sur la base d’un riche matériel, la monographie se différencie par son originalité, sa démarche logique et l’accessibilité des faits relatés, illustrée par de nombreux dessins ou des photographies. De tels travaux marquent une véritable avancée dans les études et les recherches sur l’histoire des arts de la performance en Asie centrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cloé Drieu et Muhayo Isakova, « Nizam Habibullaevič Nurdžanov, Tradicionnyj teatr tadžikov [Le théâtre traditionnel des Tadjiks] », Cahiers d’Asie centrale, 15/16 | 2007, 366-368.

Référence électronique

Cloé Drieu et Muhayo Isakova, « Nizam Habibullaevič Nurdžanov, Tradicionnyj teatr tadžikov [Le théâtre traditionnel des Tadjiks] », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 15/16 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/120

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org