Navigation – Plan du site
III. Actualité de la recherche
B. Comptes-rendus

Sébastien Peyrouse, Des Chrétiens entre athéisme et islam : regards sur la question religieuse en Asie centrale soviétique et postsoviétique

Paris, Maisonneuve & Larose/IFÉAC, 2003, 406 p.
Evguéni V. Abdullaev
Traduction de Emmanuelle Lucchini
p. 364-365
Référence(s) :

Sébastien Peyrouse, Des Chrétiens entre athéisme et islam : regards sur la question religieuse en Asie centrale soviétique et postsoviétique, Paris, Maisonneuve & Larose / IFÉAC, 2003, 406 p. (La bibliothèque d’Asie centrale)

Notes de la rédaction

Texte traduit du russe par Emmanuelle Lucchini

Texte intégral

1Les chercheurs travaillant sur la situation religieuse dans l’Asie centrale postsoviétique ont reçu un beau cadeau, une monographie fondamentale, couvrant une période de presque quatre-vingt-dix ans d’activité des églises chrétiennes sur le territoire de l’Asie centrale. Il est inutile de s’étendre longuement sur le fait que la nécessité d’un tel travail se faisait sentir depuis longtemps. Durant la dernière décennie, l’intérêt pour l’islam en Asie centrale et pour les mouvements politiques liés à l’islam ont quelque peu nui à l’étude des religions non islamiques de ces régions. Malgré les publications traitant de l’histoire et de l’état actuel de la chrétienté en Asie centrale (d’auteurs comme, par exemple, O. V. Lissitskaïa, Ya. F. Trofimov, A. I. Artemev, Tchoï So Iong, pour ne citer qu’eux), il n’existait pas de travail de recherche plus général et plus complet, présentant non seulement l’énumération des faits, mais se situant à un niveau historico-méthodologique actuel. La monographie de Sébastien Peyrouse est bien ce travail qui nous manquait.

2Sébastien Peyrouse a su, de façon assez objective, passer en revue les étapes essentielles de l'histoire de la chrétienté en Asie centrale, accordant une attention égale à tous les courants chrétiens. De plus, Sébastien Peyrouse, contrairement à de nombreux chercheurs qui utilisent de façon non critique les termes empruntés au discours politique, a su éviter une quelconque évaluation. On peut penser avec l’auteur que les termes « secte », « religions traditionnelles » et « religions non traditionnelles » sont politisés et ne doivent pas être utilisés dans l’analyse scientifique (cf. p. 30).

3Le livre est très bien structuré. Il se compose de trois parties : la première, « Les relations entre l’Église et le pouvoir dans l’Asie centrale soviétique (1945-1991) », offre un aperçu historique précis du destin de la chrétienté durant toute la période soviétique (et pas seulement celle indiquée entre parenthèses) ; la deuxième partie, « Approche sociologique de la chrétienté en Asie centrale » présente la première tentative, à notre connaissance, d’une analyse sociologique de la chrétienté dans cette région prenant en compte les contextes culturel, ethnique et politique ; la troisième partie, « Existence et identité des chrétiens centre-asiatiques au lendemain de l’indépendance ? », s’intéresse à la période commençant après 1991.

4Au nombre des qualités du livre de Sébastien Peyrouse, on peut également citer une base de références solide, et une étude attentive par l’auteur de tous les documents et les recherches accessibles sur le sujet. Si dans la première partie de son livre, l’auteur se limite principalement à l’exposition, la systématisation et la généralisation de faits, dans la troisième, qui concerne la période contemporaine, il est beaucoup plus libre par rapport aux sources, à la construction de modèles et d’hypothèses. Il a mis en évidence deux modèles de relations entre le gouvernement et l’Église dans l’Orient musulman contemporain qui méritent particulièrement notre attention : le modèle « proche-oriental » (prévalence du religieux sur le national) et le modèle « turc contemporain » (un État laïque en présence d’une majorité islamique, p. 242-247).

5Cependant, l’étude comprend quelques petits défauts. La répartition de l’analyse selon les religions et non selon les pays demeure discutable, en particulier dans la troisième partie. En conséquence, on ne discerne pas le contexte national des activités des communautés chrétiennes. Plus précisément, ce contexte national se révèle chez l’auteur quelque peu schématique. Le Turkménistan et l’Ouzbékistan qualifiés de « plus répressifs » sont opposés aux autres pays « moins répressifs », c’est-à-dire le Kirghizistan, le Kazakhstan et partiellement le Tadjikistan. Si, par rapport à l’époque soviétique, les contextes religieux existant dans chacune des Républiques d’Asie centrale se distinguaient peu les uns des autres, en revanche ils se différencient davantage à partir des années 1990, et ce y compris au niveau des diverses régions d’un seul et même État.

6On peut également regretter que, dans la deuxième partie sociologique de l’ouvrage, l’auteur n’ait pas utilisé les données de recherche sociologique s’inscrivant dans le champ religieux et dans celui des relations interethniques, qui ont été recueillies sur le terrain durant cette dernière décennie par des sociologues de Russie, d’Ouzbékistan, du Kirghizistan et du Kazakhstan.

7L’auteur n’a pas non plus utilisé de méthode sociologique efficace comme, par exemple, celle relevant de l’interview avec les experts. De plus, en mettant principalement l’accent sur les caractéristiques institutionnelles des Églises chrétiennes et la spécificité de leur relation au pouvoir, l’auteur s’autorise à laisser dans l’ombre les figures des hiérarchies religieuses et des prédicateurs qui ont joué un rôle important au sein des activités de leurs paroisses.

8Malgré cela, l’étude de Sébastien Peyrouse constitue le premier travail fondamental dans ce domaine. On peut seulement souhaiter que dans les prochaines recherches consacrées à ce même thème, les principes méthodologiques seront développés et précis. Et en ce qui concerne le facteur lié à la collecte de matériaux, on peut aussi espérer qu’il soit complété et approfondi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evguéni V. Abdullaev, « Sébastien Peyrouse, Des Chrétiens entre athéisme et islam : regards sur la question religieuse en Asie centrale soviétique et postsoviétique », Cahiers d’Asie centrale, 15/16 | 2007, 364-365.

Référence électronique

Evguéni V. Abdullaev, « Sébastien Peyrouse, Des Chrétiens entre athéisme et islam : regards sur la question religieuse en Asie centrale soviétique et postsoviétique », Cahiers d’Asie centrale [En ligne], 15/16 | 2007, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://asiecentrale.revues.org/118

Haut de page

Auteur

Evguéni V. Abdullaev

Evguéni V. Abdullaev est titulaire d’une thèse (kanditatskaïa) en sciences philosophiques, soutenue à l’Institut philosophique et juridique de Tachkent. Il travaille sur les religions de l’Asie centrale préislamique et sur la question des groupes ethnoculturels « minoritaires » de l’Ouzbékistan. Il est actuellement directeur du centre culturel japonais (International Caravan-Sarai of Culture) de Tachkent.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Les cahiers de Revues.org